[scald=104603:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le projet présidentiel de François Hollande surestime de 15% les recettes fiscales attendues, selon L'Institut Montaigne, un think tank proche du patronat, écrivent jeudi Les Echos.

"Au lieu de 44,5 milliards d'euros, le think tank parvient à un rendement de 38,6 milliards par an", écrit le quotidien, partenaire de l'Institut Montaigne, sur son site internet.

"En cause : les heures supplémentaires, les droits de succession et la taxation des revenus du capital", ajoutent Les Echos, en soulignant qu'"à cinq semaines de la présidentielle, Nicolas Sarkozy n'a toujours pas présenté son projet".

Contacté par Reuters, le think tank Terra Nova, proche du Parti socialiste, a confirmé le chiffrage de François Hollande.

"Terra Nova explique les écarts de L'Institut Montaigne par le choix de méthodes différentes mais surtout par le fait que Montaigne a travaillé sur la base d'hypothèses - périmètre de certaines mesures - parfois incomplètes par rapport aux mesures du programme Hollande", a déclaré un de ses experts.

Les Echos précisent en effet que "dans certains cas, les deux parties ont opté pour des méthodes très différentes, sans qu'il soit possible de dire quelle est la meilleure", citant la taxation des revenus du capital au même niveau que ceux du travail, "une mesure extraordinairement difficile à chiffrer".

Comme Nicolas Sarkozy, François Hollande s'est engagé à réduire le déficit public de la France à 4,5% du produit intérieur brut fin 2012 et 3% fin 2013.

Il prévoit 29 milliards d'euros de mesures fiscales nouvelles, dont près de 12 sur les ménages et environ 17 sur les entreprises.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.