[scald=111657:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le projet de Nicolas Sarkozy de contraindre l'évolution des dépenses de santé à 2,5% par an se traduirait par une sape du système français, accusent mercredi ses adversaires socialistes.

François Hollande, favori des sondages, prévoit lui de limiter à 3% la hausse de l'Objectif national de dépenses d'assurance maladie (Ondam), principal levier de contrôle.

L'objectif de 2,5% "illustre, en creux, le programme caché de Nicolas Sarkozy pour la santé en France : restrictions, régressions et privatisations", écrivent Marisol Touraine, responsable du pôle social-santé dans l'équipe de François Hollande, et Jean-Marie Le Guen, chargé de la santé.

La hausse rapide des dépenses de santé, liée à l'allongement de la durée de la vie et au coût élevé des nouveaux traitements, est un facteur important de dégradation des comptes publics.

La progression de l'Ondam a été de 2,9% en 2011 et le gouvernement a abaissé son objectif 2012 à 2,5% lors d'un récent plan de rigueur annoncé par le Premier ministre François Fillon.

"Derrière ces coupes comptables, c'est donc bien un travail de sape de notre pacte social qui est à l'oeuvre, et une tentative de privatisation rampante de notre système de santé", poursuivent Marisol Touraine et Jean-Marie Le Guen.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.