Les socialistes lancent une plateforme sur le web pour récolter les signature d'un cinquième des parlementaires - c'est-à-dire 185 députés et sénateurs - afin de parvenir à faire un référendum d'initiative partagée sur le rétablissement de l'ISF, l'Impôt de solidarité sur la fortune supprimé par Emmanuel Macron.

Le Parti socialiste lance sa plateforme d'interpellation pour le rétablissement de l'ISF
Le Parti socialiste lance sa plateforme d'interpellation pour le rétablissement de l'ISF © AFP / Sebastien SALOM-GOMIS

L’idée c’est de commencer par le plus dur : recueillir les 185 signatures de parlementaires, puisque comme le déplore le Premier secrétaire du Parti socialiste, l’ISF est un sujet interdit du grand débat national : "Si le grand débat est un débat verrouillé, où l'on ne peut dire qu'une chose, c'est qu'on est d'accord avec le gouvernement, alors autant ne pas avoir débat."

Le PS met un point d'honneur à participer au ce grand débat national mais entend forcer la serrure avec son appel citoyen sur internet : "Rétablissons l'ISF".

Sur le site, des explications sur l’impôt de solidarité sur la fortune, mais surtout les adresses mail des 925 parlementaires français. Vous cliquez sur le nom de votre député(e) ou votre sénateur(trice) et un mail pré-rempli apparaît :

Le message pré-rempli s’affiche
Le message pré-rempli s’affiche

Un compteur indique qui a signé : 103 parlementaires à 19h ce mercredi. Il en reste donc 82 à convaincre. 

Olivier Faure, le Premier secrétaire du PS est optimiste : "Il y a aussi des gens dans la majorité qui peuvent comprendre que leur intérêt, l'intérêt collectif, c'est d'avoir un débat complet sur ce sujet-là" .

Un référendum d'initiative partagée encore loin d'être gagné. En plus des 4,5 millions de signatures d'électeurs, c'est un véritable parcours du combattant institutionnel qui est prévu par l'article 11 de la constitution.

Le PS défie à la fois l’exécutif et l’opposition en proposant de réinstaurer l’ISF par référendum, en utilisant le référendum d’initiative partagée instauré par Nicolas Sarkozy. La proposition sera faite ce jeudi à l’Assemblée nationale par Patrick Kanner et Valérie Rabault, président et présidente des sénateurs et députés socialistes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.