Mercredi, des "gilets jaunes" ont annoncé qu'ils comptaient déposer une liste en vue des élections européennes. Si aucun programme n'est encore connu, la dizaine de personnes qui compose pour l'heure la liste promet un système participatif.

Un "gilet jaune" lors de l'une des réunions du "grand débat national"
Un "gilet jaune" lors de l'une des réunions du "grand débat national" © AFP / ROMAIN LAFABREGUE

Ils ne sont pour l'instant qu'une dizaine, mais l'intention est lancée : ce mercredi soir, des "gilets jaunes" ont annoncé leur intention de déposer leur propre liste aux élections européennes. Sous le nom de "Ralliement d'initiative citoyenne" (RIC), en référence au fameux référendum d’initiative citoyenne demandé par les "gilets jaunes", les postulants annoncent dans un communiqué que le reste de la liste est ouverte aux candidatures.

Ingrid Levasseur tête de liste

"Le mouvement citoyen né dans notre pays le 17 novembre 2018 fait apparaître la nécessité de transformer la colère en un projet politique humain, capable d'apporter des réponses aux Français qui soutiennent le mouvement des 'Gilets jaunes' depuis des mois", affirme le communiqué du RIC. 

Quelle tête de liste ? C'est l'une des figures déjà bien connues du mouvement qui devrait prendre la tête de cette liste : Ingrid Levasseur, aide-soignante, 31 ans, connue notamment pour avoir failli devenir chroniqueuse sur BFMTV. Autour d'elle, les membres de la liste recouvrent des catégories professionnelles de "comptable" à "cariste", mais aussi des "chefs d'entreprise" ou une "mère au foyer". 

Ce sont "les citoyens qui décideront" des votes au Parlement

Quel programme ? Celui-ci est "en construction" selon les membres de la liste. Mais ceux-ci préviennent qu'ils souhaitent que "ces députés européens éventuels de "gilets jaunes" ne soient pas des députés d'un parti ou d'un individu mais qu'ils soient à la disposition des citoyens" : en d'autres termes, "ce sont les citoyens qui décideront ce que nous allons voter au Parlement européen, projet après projet, et nous allons sortir le Parlement européen d'une forme d'opacité dans laquelle il est actuellement". 

Alors que? selon BFMTV, qui met en avant un sondage, une potentielle liste "gilets jaunes" pourrait être créditée de 13% d'intentions de vote, la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a réagi à l'information, affirmant ne pas avoir peur : "Ce n'est jamais une mauvaise nouvelle quand la démocratie fonctionne (...). Le danger, c'est le danger de la récupération : quand on voit, autour, des anciens militants socialistes, etc., ce danger existe". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.