Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy.
Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy. © IP3PRESS/MaxPPP

Après sa victoire aux élections départementales dimanche dernier, Nicolas Sarkozy a désormais l'intention d'accélérer le tempo.

Pour le président du mouvement, cap sur le Congrès de l'UMP, le 30 mai prochain. Un Congrès qui doit - normalement - offrir un nouveau nom au parti et surtout en "dynamiter" l'organisation.

Comment faire venir de nouveaux militants ?

Comment passer de 250 000 à 800 000 adhérents, comme le souhaite Nicolas Sarkozy ? Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a été chargée de nettoyer les statuts de l'UMP, la solution est assez simple : il faut "re-démocratriser" le parti. Mais pas sûr que ça plaise à tout le monde…

Redonner du pouvoir au peuple des adhérents

Selon nos informations, dans le projet de "renouvellement des statuts" qui sera présenté à la mi-avril, il sera proposé la mise en place de Fédérations départementales décentralisées. Autrement dit, des Fédérations autonomes par rapport au siège parisien. Et les présidents de ces Fédérations pourraient être élus par l'ensemble des militants du département et non plus par un Comité de hauts représentants de la Fédération.

Manière de redonner du pouvoir au peuple des adhérents du parti qui pourraient même obtenir - toujours selon nos informations - un "droit d'interpellation". Bref, rien à voir avec ce que le militant de Droite a connu jusqu'ici.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.