[scald=67227:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le train convoyant des déchets nucléaires depuis le centre de La Hague, dans la Manche, a poursuivi dans la nuit de mercredi à jeudi son périple vers l'Allemagne malgré la mobilisation des militants antinucléaires.

Selon le réseau Sortir du nucléaire, qui suit la progression du convoi, il a traversé la Manche, le Calvados, la Seine-Maritime, l'Eure et se dirigeait en milieu de nuit vers Reims, d'où il rejoindra l'est de la France avant de franchir la frontière allemande.

Dans la Manche, d'où le convoi est parti avec près de deux heures de retard, de violents affrontements ont opposés mercredi antinucléaires et forces de l'ordre.

Regroupés au sein du Collectif Stop Castor, du nom des conteneurs sécurisés renfermant les déchets radioactifs, quelques centaines de militants ont tenté d'occuper les voies ferrées à quelques kilomètres de la gare de Valognes. Ils ont été repoussé par les forces de l'ordre à l'aide de grenades lacrymogènes.

Des accrochages entre CRS et manifestants se sont produits sur des prairies bordant les voies ferrées, sans faire de blessés. Seize militants ont été interpellés et trois personnes - deux manifestants et un gendarme - ont été blessées.

Selon la préfecture de la Manche, des dégradations ont été constatées en certains endroits de la voie ferrée et un transformateur électrique a brûlé privant un tronçon de signalisation.

Le train a finalement quitté le terminal ferroviaire du groupe nucléaire Areva vers 16h00 avec près de deux heures de retard.

De nouvelles manifestations sont prévues tout au long du parcours jusqu'à Gorleben, en Allemagne, où les déchets doivent être entreposés dans une ancienne mine de sel reconvertie en site temporaire de stockage.

Ce convoi de déchets nucléaires retraités à La Hague par Areva est le dernier de douze convois de déchets allemands hautement radioactifs destinés à rejoindre leur pays d'origine. Les autres convois ont également donné lieu à des manifestations et parfois à des affrontements avec la police.

édité par Patrick Vignal et Henri-Pierre André

Mots-clés:

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.