l’assemblée vote la reconnaissance du vote blanc
l’assemblée vote la reconnaissance du vote blanc © reuters

Jusqu'ici, le vote blanc était considéré comme une abstention. Le Parlement vient de décider que tout changera à partir des prochaines élections européennes : désormais, venir déposer un bulletin blanc dans l'urne aura plus de sens que rester chez soi.

Les députés avaient déjà voté en faveur de cette reconnaissance, les sénateurs les ont rejoints : ils ont jugé conforme le texte, mettant fin à la procédure d'adoption.

Pas fous, les parlementaires de la majorité socialiste ont décidé une entrée en vigueur après le scrutin à enjeux des municipales. La mesure sera effective pour les européennes, le 25 mai. Un scrutin où l'on bat de toute façon déjà des records d'abstention... et où la prise en compte du vote blanc sera sans doute moins visible.

L'UDI et l'UMP souhaitaient eux que le vote blanc soit reconnu dès l'élection des maires.

Voter blanc, un choix respectable

Concrètement, le vote d'un électeur qui se déplace pour accomplir son devoir citoyen aura désormais plus de valeur que l'abstention d'un autre. Le vote blanc intégrera le décompte, contrairement au vote nul. Pour que le vote soit considéré comme une vraie prise de position et donc comptabilisé, il faudra introduire une enveloppe vide ou un bulletin blanc.

Une idée qui n'est pas neuve et qui permettra "une avancée dans la transparence de la vie démocratique", selon le rapporteur UDI-UC du texte, François Zocchetto. Il estime par ailleurs que cette loi "répond aux attentes de nombreux Français depuis de nombreuses années."

Pour le socialiste Philippe Kaltenbach, le vote blanc "est un choix tout aussi respectable que les autres".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.