Sophie Montel et Frédéric Barbier
Sophie Montel et Frédéric Barbier © MaxPPP/Simon Daval & MaxPPPLionel Vadam

La candidate du Front national, Sophie Montel, est arrivée nettement en tête de la législative partielle organisée dimanche dans la 4ème circonscription du Doubs. Elle a devancé son principal rival, le socialiste Frédéric Barbier. Le candidat UMP est éliminé. Le gouvernement et le PS appellent l'UMP, dont le candidat est éliminé, au rassemblement républicain. Le parti de Nicolas Sarkozy doit annoncer sa position mardi

La gauche a mis fin dans le Doubs à la série de défaites qu’elle subit depuis l’élection de François Hollande

La percée du FN, dans un contexte de très faible participation (moins de 40%), n'est pas vraiment une surprise. En revanche, la qualification du candidat PS pour le second tour était loin d'être assurée, car Frédéric Barbier devait faire face à quatre autres candidats de gauche au premier tour (EELV, Front de gauche, LO, communiste), sur treize candidats au total.

infographie Doubs
infographie Doubs © Christophe Payet

Un échec cuisant pour l'UMP

Le candidat UMP Charles Demouge, qui bénéficiait du soutien de l'UDI et de l'absence de candidat MoDem, est éliminé dès le 1er tour. Charles Demouge a refusé de réagir mais Sébastien Huygue, porte-parole de l'UMP, a précisé dans la foulée que le parti donnera sa position mardi pour le second tour.

Nicolas Sarkozy veut pouvoir consulter le Bureau politique et entendre les parlementaires UMP. Chacun pourra donc s'expimer

Ni Ni ou appel au "front républicain" pour faire barrage au FN ?

Alors que les dirigeants de l'UMP étaient aux abonnés absents dimanche soir pour réagir à l'absence de leur parti au second tour, le socialiste Frédéric Barbier a appelé "à l'unité" autour de lui pour faire barrage au Front national alors que le parti de Nicolas Sarkozy est fortement partagé concernant le front républicain. Le débat interne à l'UMP s’annonce houleux. Dominique Bussereau, cofondateur de l’UMP, a appelé dès dimanche soir à voter PS.

Il devrait être rejoint par Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet. A l'inverse, Laurent Wauquiez, Bruno Le Maire et les sarkozystes s’y opposeront fermement.

Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, a appelé à voter pour le candidat du PS, afin que l'ancien siège de Pierre Moscovici devenu commissaire européen ne tombe pas aux mains du FN.

Gouvernement et PS appellent à l'unité des républicains

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a exhorté l'UMP à adopter "une position claire et sans ambiguïté" pour le second tour.

Quant au Premier ministre, il a immédiatement apporté son soutien à Frédéric Barbier. Pour Manuel Valls, Frédéric Barbier est "désormais le candidat de tous les républicains".

Ce scrutin, organisé pour remplacer Pierre Moscovici, nommé commissaire européen, devait donner le ton d'une année électorale qui, il y a encore peu, s'annonçait de tous les dangers pour le PS avec les départementales de mars et les régionales de décembre.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Reportage : dans le Doubs, des électeurs dans le doute

Dans cette circonscription industrielle et rurale du Pays de Montbéliard, qui englobe Sochaux, le berceau du constructeur automobile Peugeot, Pierre Moscovici avait été réélu en 2012 avec 49,32% des voix dans une triangulaire de deuxième tour.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.