Après avoir connu deux revers successifs depuis le début de l'année. Le parti majoritaire risque de perdre encore un siège ce week-end lors de l'élection législative partielle en Guyane. Son candidat est talonné de près par celui récemment investi par La France Insoumise.

Lenaïck Adam (LREM) a vu son élection annulée en raison du trop faible écart avec son rival de La France Insoumise qui pourrait infliger une défaite cuisante au parti de la majorité présidentielle.
Lenaïck Adam (LREM) a vu son élection annulée en raison du trop faible écart avec son rival de La France Insoumise qui pourrait infliger une défaite cuisante au parti de la majorité présidentielle. © Maxppp / Nicolas Kovarik

Christophe Castaner, Jean-Luc Mélenchon... Les responsables politiques de la République en Marche (LREM) et de la France Insoumise (LFI) se sont succédés en Guyane pour soutenir leur candidat respectif à la législative partielle de la seconde circonscription de Guyane.

Car parmi les huit candidats qui s'affrontent dimanche au 1er tour, deux vont être principalement observés : les candidats LREM et  LFI. 

Elu dans la seconde circonscription le 18 juin 2017, Lénaïck Adam (LREM) a vu son élection annulée par le Conseil constitutionnel en raison du faible nombre de voix (57) qui le séparait de son concurrent au second tour, Davy Rimane (LFI), l'une des figures du mouvement social de mars-avril 2017. Le Conseil a également retenu l'absence d'assesseur dans deux bureaux de vote.

Vers un nouveau revers pour La République en Marche ?

Une défaite de Lénaïck Adam serait lue au plan national comme un nouveau revers pour LREM après la victoire des candidats Les Républicains aux deux partielles de février (1ère du Territoire de Belfort et 1ère du Val d'Oise), faisant perdre deux sièges au parti majoritaire.

Une victoire du candidat LFI permettrait au parti guidé par Jean-Luc Mélenchon de renforcer son opposition au chef de l'État. Et Davy Rimane, syndicaliste de l'Union des travailleurs guyanais (UTG) de 38 ans, pourrait bien y parvenir dans cette circonscription où Jean-Luc Mélenchon avait été crédité de 24,72 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle, arrivant en tête, et où le conflit social avait éclipsé la campagne.

Mais le candidat LREM, Lenaïck Adam, 26 ans, déjà élu conseiller territorial de Guyane, a reçu le soutien de l'UDI et du président de la collectivité territoriale de Guyane, Rodolphe Alexandre.

En plus des deux candidats évoqués dans cet article, sont également candidats : David Riché (maire de Roura), Jean-Philippe Dolor (Sans étiquette), José Makébé, Jérôme Harbourg (FN), Georges Minot (UPR), Richard Joigny (Parti Progressiste Guyanais). 

Une femme était également candidate, la trésorière du Parti socialiste guyanais Mylène Mazia, mais elle a annoncé son retrait pour raisons familiales.

Le second tour est prévu le 11 mars prochain. Députée sortante : Chantal Berthelot (DVG).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.