Les femmes ont été nombreuses à être élues au second tour de l'élection législatives. Avec désormais 223 députées, l'Assemblée nationale se rapproche de la parité.

Le député type est toujours majoritairement un homme, mais plus jeune qu'auparavant et issu du privé
Le député type est toujours majoritairement un homme, mais plus jeune qu'auparavant et issu du privé © AFP / Eric Feferberg

La parité est le second vainqueur des élections législatives. Ce dimanche, pour le second tour, 223 femmes ont été élues, soit 38,6% des députés. Un record, mais pas encore la parité. Avec 577 sièges, il manque encore 65 ou 66 femmes pour qu'il y ait autant de femmes que d'hommes dans l'hémicycle.

En 2012, lors de la précédente élection, seulement 155 députés étaient des femmes (26,9%). Et en 2007, il y a dix ans, elles n'étaient que 185% à siéger à l'Assemblée.

Cette élection contribue toutefois à fortement modifié le visage du Palais Bourbon. Outre le nombre de femmes élues, la forte proportion de nouveaux députés (seuls 345 députés sortants étaient candidats et moins de la moitié d'entre eux, 140, l'ont emporté) change le portrait type du député.

La REM, parti le plus proche de la parité

Parti par parti, la République en Marche fait figure de meilleur élève, puisque le mouvement d'Emmanuel Macron est celui qui possède le plus de femmes dans ses ranges : 47% des élus sont des femmes. Vient ensuite le MoDem, avec 46% d'élues, puis la France Insoumise (41%). Mention "peut mieux faire" pour le Parti socialiste et ses 38% d'élues.

Un quart de femmes seulement pour le Front national. 23% seulement pour Les Républicains, 20% pour le Parti communiste français. Enfin, l'Union des démocrates indépendants ne compte que 17% d'élues dans ses rangs.

Le député type est un homme de 48 ans issu du privé

Approcher de la parité n'est pas le seul changement à observer à l'Assemblée nationale. Les députés qui feront leur rentrée dès cette semaine pour les premiers au Palais Bourbon seront aussi plus jeunes : 48 ans et 8 mois en moyenne, contre 54 ans pour les députés élus en 2012.

Dans le détail, les benjamins de l'Assemblée sont les députés de la France insoumise, âgés en moyenne de 43 ans et 4 mois, deux ans plus jeunes que ceux de la République en Marche (45 ans et demi), puis ceux du Front national (48 ans et 8 mois). Même à LR on rajeunit : 52 ans contre 55 en 2012. Les députés du Parti socialiste ont en moyenne 54 ans, ceux du Parti communiste, 54 ans et demi. L'UDI, qui est le parti avec le moins de femmes élues est aussi le plus âgé : 56 ans et demi en moyenne.

Les députés sont aussi plus nombreux à être issus du privé, avec 59% contre 39% en 2012). Logique, puisque nombre d'entre eux étaient investis par la REM et ont fait campagne sur ce critère. Le nombre de cadres grimpe donc à 180, contre 134 il y a cinq ans, tout comme le nombre de chefs d'entreprise, 41 contre 19 en 2012.

Hausse également pour les professions libérales - 103 députés contre 74 dans la précédente législature -, les enseignants - 61 contre 47 -, les employés - 21 contre 8 -, et les agriculteurs - 21 contre 8 en 2012.

En revanche, les retraités sont moins nombreux à avoir été élus, avec 41 députés contre 106 il y a cinq ans. Enfin, un étudiant et un ouvrier ont remporté l'élection et font leur entrée au Palais Bourbon, ce qui n'était pas le cas lors de la précédente législature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.