Selon une enquête Ipsos Sopra Steria publiée après l'annonce des résultats des législatives, les électeurs attendent que les partis traditionnels "passent à autre chose".

Sur les électeurs qui se sont abstenus, la cause majoritaire est le manque de confiance dans les femmes et hommes politiques
Sur les électeurs qui se sont abstenus, la cause majoritaire est le manque de confiance dans les femmes et hommes politiques © AFP / Frank Perry

Quel a été le sentiment des électeurs pour ce second tour des élections législatives ? L'institut Ipsos Sopra Steria a mené une enquête pour France Télévisions, Le Point et Radio France sur les éléments qui permettent de mieux comprendre le vote des Français, auprès de 4056 personnes constituant un échantillon représentatif de la population, deux jours avant le scrutin.

Parmi les abstentionnistes, c'est la déception vis-à-vis de la classe politique qui apparaît comme première cause de l'abstention (à 24%) suivi par le fait qu'aucun candidat ne corresponde aux idées des électeurs (à 21%). Mais pour ceux qui ont voté au 1er tour et ont choisi de s'abstenir au 2nd tour, c'est ce dernier argument ("Aucun des candidats présents au second tour ne correspond à vos idées") qui est en tête, avec 28% d'adhésion. Viennent ensuite l'idée que le vote ne changera rien, que La République en Marche est assurée de gagner, et ensuite seulement l'indisponibilité le jour du vote (18% en moyenne ; 21% pour ceux qui avaient voté au premier tour).

Pour un changement en profondeur

Sur l'ensemble de l'électorat, seuls 49% des sondés pensent que c'est une bonne chose que La République en Marche ait une forte majorité. Un taux qui est évidemment beaucoup plus élevé (95%) chez les électeurs qui avaient déjà voté LREM ou Modem au 1er tour. C'est chez les électeurs du FN qu'il est le plus faible : seuls 20% pensaient qu'une forte majorité pour le mouvement d'Emmanuel Macron serait une bonne chose.

L'autre élément qui ressort de cette enquête, c'est une forte demande de rénovation des structures partisanes "traditionnelles" que sont Les Républicains et le Parti socialiste : 60% des sondés estiment qu'il faut "passer à autre chose, car le clivage gauche/droite n'a plus de sens". Et même dans les rangs de LR, ils sont 39% à penser cela (37% au PS). Ce sont les électeurs du FN qui sont les plus en attente de "passer à autre chose" (75%), suivis par ceux de LREM (67%).

Le vote LREM, marque de confiance plus que d'adhésion

De façon assez surprenante, le résultat de l'élection ne semble pas être une validation des premières mesures annoncées par Emmanuel Macron, mais plutôt un sursis, une marque de confiance : seuls 11% des sondés ont dit adhérer aux mesures d'Emmanuel Macron. Mais 56% estiment, bien qu'ils ne soient pas complètement convaincus, qu'il faut laisser une chance au gouvernement (contre 33% qui "n'y croient pas").

Même parmi les électeurs de LREM au 1er tour, ils sont plus nombreux (64%) à penser qu'il faut laisser une chance au gouvernement, contre 35% qui y adhèrent. Dans les rangs de la France Insoumise et du FN, la confiance aussi est de mise (40% des électeurs FI pensent qu'il faut laisser une chance à Macron, 38% des électeurs FN).

Les sujets sur lesquels Emmanuel Macron semble le plus recueillir de confiance sont la diplomatie (62% de l'ensemble des sondés lui font confiance sur ce plan), l'éducation (61%) et la sécurité (56%). En revanche, sur la moralisation de la vie publique (47%), le travail (37%) et la fiscalité (37%), la confiance est moins forte (sauf chez les électeurs LREM).

Enfin, le recours aux ordonnances annoncé par le gouvernement n'a pas non plus recueilli la sympathie des électeurs - mais ne semble pas avoir été un point bloquant pour la majorité : 58% des sondés estiment que l'utilisation des ordonnances est une mauvaise chose.

Aller plus loin

► LÉGISLATIVES | Une majorité moins large que prévue pour La République En Marche

► ANALYSE | Le PS, première victime des législatives

► DECRYPTAGE | Face à la République en marche, Les républicains premier parti d’opposition ?

► ASSEMBLÉE | Les ténors du FN à l’Assemblée, mais sans groupe parlementaire

► A LIRE | Une abstention historique

► RÉSULTATS | Les résultats du second tour dans votre commune

► TWITTER | D’un Panda à la Corée : jour de vote potache sur RadioLondres

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.