[scald=81027:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le camp de Nicolas Sarkozy utilise des cabinets occultes pour mener des campagnes visant à discréditer François Hollande sur un plan personnel et avec des techniques "vulgaires", a estimé dimanche Pierre Moscovici.

Le directeur de campagne du candidat socialiste s'exprimait sur Radio France au terme d'une semaine marquée par un tir de barrage de l'UMP, avec une douzaine de communiqués et plusieurs déclarations de ministres, sur une supposée insulte de François Hollande sur Nicolas Sarkozy, "sale mec", qu'il n'a en réalité pas prononcée.

"Il y a des 'cellules riposte' à l'UMP et peut-être à l'Elysée qui sont de véritables cabinets noirs dans lesquels des mots d'ordre sont diffusés, et ensuite ils chassent en meute", a dit Pierre Moscovici, qui parle de "stratégie de boules puantes".

"Les tirs groupés sur des aspects personnels, des aspects bas, c'est leur technique. Nous, nous serons dans une campagne de confrontation, dure s'il le faut. Nous ne tomberons pas dans cette vulgarité", a-t-il ajouté.

Il a condamné implicitement le rôle qu'il prête aux ministres dans ces opérations, comme celui de la ministre de l'Apprentissage et de la Formation professionnelle, Nadine Morano, qui avait appelé François Hollande à des excuses publiques sur la supposée insulte.

"Ils font quelques concours entre eux, il y en a une qui est meilleure que d'autres, elle m'a d'ailleurs visé moi-même par ses tweets, elle s'est donné un certain rôle", a-t-il dit.

Il faisait allusion à un message posté sur Twitter par Nadine Morano, qui utilise fréquemment le site de microblogging, le mettant en cause à tort dans une affaire judiciaire sur la foi d'un article de presse.

"La façon dont ils déploient leurs critiques est vulgaire", a conclu Pierre Moscovici.

L'épisode a mis en lumière l'organisation acérée de l'équipe mise en place par l'UMP, où la stratégie est d'utiliser massivement et rapidement toute ouverture ou supposée ouverture, une efficacité stratégique que les analystes ne voient pas dans l'équipe Hollande.

Thierry Lévêque, édité par Henri-Pierre André

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.