Une réunion à huis clos où tous les sujets doivent être mis sur la table.
Une réunion à huis clos où tous les sujets doivent être mis sur la table. © Radio France

Le Front National est en séminaire à partir de ce vendredi et jusqu'à dimanche dans l'Essonne. Entre 50 et 100 personnes : maires, cadres du parti, parlementaires et membres du bureau politique seront présents. Une réunion à huis clos où tous les sujets doivent être mis sur la table.

Ce week-end au vert vise d’abord à tirer les enseignements de l'échec des régionales. Il s’agit de répondre à cette question : comment maintenir les bons scores du premier tour d'une élection au second et dépasser les 50% ?

Dans la ligne de mire la présidentielle de 2017

Dans la ligne de mire se trouve évidemment la présidentielle de 2017. Des cadres du parti évoquent une "barrière psychologique du second tour" chez certains électeurs. Le Front National veut donc rassurer à l'image de son nouveau slogan « la France apaisée ». Plusieurs cadres voudraient également changer le nom du parti comme pour définitivement tourner la page Jean-Marie Le Pen. L'idée sera abordée d'ici dimanche mais aucune décision ne devrait être prise. Ce n’est pas une décision urgente assure un élu. Le parti devrait débattre de la sortie de l'Euro qui déplait aux milieux économiques et fait peur aux électeurs de plus de 65 ans.

Finalement la présidente tranchera

La question des alliances pour élargir la base électorale sera également abordée. En atteste, la présence au séminaire de Robert Ménard, maire extrême droite de Béziers mais pas membre du FN. Certains pourraient également suggérer à Marine le Pen de ne plus gérer le parti pour se consacrer à la entièrement à la présidentielle.

Sur ce sujet et tous les autres, c'est finalement la présidente qui tranchera.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.