[scald=91035:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le Conseil des ministres a approuvé mercredi ce qui sera sans doute le dernier train de réformes du quinquennat du président Nicolas Sarkozy, dont une hausse de 1,6 point de la TVA pour contribuer au financement de la protection sociale.

Le gouvernement a examiné un projet de loi de finances rectificative qui regroupe les mesures annoncées le 29 janvier par le président pour tenter d'enrayer la montée du chômage et améliorer la compétitivité des entreprises françaises.

Ce collectif budgétaire, qui prend en compte une révision à la baisse des prévisions de croissance économique pour 2012 à 0,5% au lieu de 1,0%, annule par ailleurs 1,2 milliard d'euros de crédits pour tenir l'objectif d'un déficit public ramené à 4,5% du PIB.

"Ce projet de loi n'a rien à voir avec un plan de rigueur", assure cependant la ministre du Budget, Valérie Pécresse, dans une interview publiée par Les Echos. "Nous n'avons pas eu besoin d'utiliser toutes les marges de la réserve de précaution (...) Il restera encore quatre milliards pour faire face aux aléas."

Le Conseil des ministres a aussi approuvé un projet de loi relatif à une majoration de 30% des droits à construire, dont le chef de l'Etat attend une relance de l'offre de logements.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.