A Clichy, Puteaux et Asnières, les électeurs vont devoir revoter.
A Clichy, Puteaux et Asnières, les électeurs vont devoir revoter. © MaxPPP / VALLAURI Nicolas

En appel, le Conseil d’Etat a décidé d’annuler les élections municipales de 2014 à Clichy, Asnières et Puteaux dans les Hauts-de-Seine, en raison d’irrégularités dans le scrutin. Conséquences : les cabinets sont dissous et les maires et leurs adjoints doivent quitter leur bureau.

Les habitants des trois communes retourneront aux urnes les 14 et 21 juin et en attendant l’organisation du nouveau vote, des délégations spéciales vont être mises en place pour gérer les affaires courantes et urgentes, annoncent la préfecture des Hauts-de-Seine. Les maires eux, n’ont plus qu’à faire leur carton et retenter leur chance.

Des irrégularités dans les bureaux de vote

À Clichy c’est à cause d’un bulletin de vote que le Conseil d’Etat a décidé d’annuler l’élection, confirmant ainsi le jugement du tribunal administratif de Cergy-Pontoise. Les juges estiment que les mentions UMP-UDI-MoDem apposées sur les affiches et bulletins de la liste « Agir pour tous » de Didier Schuller, arrivée troisième, ont pu faire croire aux électeurs que cette liste bénéficiait de l’investiture de l’UMP et du MoDem, privant potentiellement de voix la liste UMP-MoDem arrivée en seconde position à seulement 272 voix du vainqueur, le PS Gilles Catoire qui accuse, ce lundi 11 mai, son adversaire de l'époque sur Twitter.

À Asnières, la plus haute juridiction de l’ordre administratif va à l’encontre du tribunal administratif et justifie sa décision par « des pressions, de nature à fausser les résultats du scrutin, aux abords immédiats de plusieurs bureaux de vote », mais le Conseil d’Etat ne s’estime pas capable pour autant de dire si le vainqueur de l’élection, l’UMP Manuel Aesclimann y a participé. Il n’est donc pas déclaré inéligible.

Pour Puteaux aussi, il décide l’inverse du premier jugement et refuse l’enregistrement d’une liste DVD au motif que l’un des colistiers était déjà inscrit, à son insu selon lui, sur une liste Bleu Marine. Une « manœuvre » qui a faussé les résultats du scrutin selon le Conseil d’Etat.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.