Débris de l'avion Air Algérie
Débris de l'avion Air Algérie © Maxppp
**Le Président a décidé trois jours de deuil en hommage aux 54 Français morts dans le crash d'un avion d'Air Algérie, jeudi, dans le nord du Mali. Les proches des victimes pourront, s’ils le souhaitent, se rendre sur le lieu du crash.** Les familles des 54 Français morts dans le crash d'un avion d'Air Algérie dans le désert malien ont été reçues durant trois heures, samedi après-midi, au Quai d'Orsay. Plusieurs ministres et des membres d'associations d'aide aux victimes étaient présentes autour du chef de l'Etat. ### Les drapeaux seront mis en berne à partir de lundi et pour trois jours en signe de deuil. Après près de trois heures d’échanges entre le président, les familles de victimes, les ministres en charge du dossier, mais aussi des représentants de l’aviation civile, le chef d’état-major des armées et le procureur de Paris qui a ouvert une enquête préliminaire, François Hollande a annoncé que les corps des 118 passagers, donc les français mais aussi toutes les autres nationalitées, seront ramenés en France après un travail de regroupement et d'identification. Le président de la République a également annoncé : > les familles qui le voudront seront accompagnées le moment venu sur le site, de façon à ce que ces familles puissent avoir un lien avec cette terre, là où sont disparus leurs proches. Une stèle sera d'ailleurs érigée sur le site de la catastrophe, "pour que nul n'oublie que, dans cet endroit, sur ce site, ont disparu 118 personnes", a-t-il précisé. Le Président a confirmé le deuil de trois jours à partir de lundi, qui se manifestera par mes drapeaux mis en berne sur les bâtiments officiels. **Alexandra du Boucheron était à l'Elysée**
### L'accident a décimé des familles entières Dans la commune de Gex, par exemple, on pleure la perte de dix membres d'une même famille, sur trois générations. A Lorette, dans la Loire, ce sont aussi dix personnes de la même famille qui ont disparu dan le crash. A Guéret on pleure al disparition d'une famille de cinq personnes.. En plus des Français, Burkinabès et Espagnols, les victimes proviennent de plusieurs pays, dont le Canada, le Liban et l'Algérie, qui a décrété, elle aussi, un deuil national de trois jours. Parmi les familles des victimes, il y aura Amadou Ouedraogo, un habitant de la région nantaise, qui a perdu son frère, sa belle soeur et cinq de ses nièces et neveux dans le crash. Il espèrait obtenir des réponses à ses questions auprès du chef de l'Etat, notamment au sujet des causes du crash.**Amadou Ouedraogo joint par Géraldine Hallot** > On veut connaitre la vérité sur les causes du crash
Cette réunion doit permettre les premiers contacts des victimes entre elles et surtout avec les personnels qui vont leur apporter de l'aide et du soutien. **Stéphane Gicquel est le secrétaire général de la Fédération des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (FENVAC).** il est joint par Delphine Simon > Les victimes doivent attendre un soutien et ne pas hésiter à fait part de leurs difficultées
►►► **A ECOUTER | [Le traumatisme des proches des victimes après une catastrophe aérienne](http://www.franceinter.fr/emission-linvite-actu-le-traumatisme-des-proches-des-victimes-apres-une-catastrophe-aerienne)** ### Les causes de l'accident du vol AH 5017 d'Air Algérie ne sont toujours pas connues Le travail des enquêteurs, notamment vingt gendarmes et policiers français, attendus samedi sur le site du crash dans le nord du Mali s'annonce délicat en raison de la désintégration de l'appareil dont les débris ont été éparpillés sur 300 mètres alentour. Des images tournées sur le site par des soldats burkinabè et français montrent des débris métalliques difficilement identifiables, éparpillés sur des dizaines de mètres, avec des flaques d'eau par endroits. Les restes de l'appareil, un McDonnell Douglas MD83, avaient été repérés jeudi soir par un hélicoptère de l'armée burkinabè dans la zone de Gossi, proche de la frontière avec le Burkina Faso. La deuxième boîte noire a été retrouvée samedi en fin de matinée. Son décryptage, ainsi que celui de l'enregistreur de conversation dans le cockpit, devraient permettre aux enquêteurs de comprendre les causes de l'accident. L'accident s'est produit jeudi, 50 minutes après le décollage de Ouagadougou de l'avion affrété par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir, à destination d'Alger. A bord, se trouvaient 118 personnes : 112 passagers - dont 54 Français et 23 Burkinabè - et six membres d'équipage, tous espagnols.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.