[scald=218753:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La majorité des Français pensent que les engagements pris par François Hollande en matière de chômage et de fiscalité ne seront pas tenus, que ce soit en 2013 ou d'ici la fin de son mandat en 2017, selon un sondage BVA pour Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Seules 2% des personnes interrogées pensent que la France respectera en 2013 son objectif de 3% de déficit public, 4% que la courbe du chômage sera inversée d'ici la fin de l'année et 10% que le chef de l'Etat n'augmentera pas les impôts sur les classes moyennes après 2013.

Les sympathisants de gauche estiment que le chef de l'Etat tiendra ces trois objectifs mais pas en 2013.

Selon cette même étude, plus des deux tiers des Français (68%) et un peu moins de la moitié (44%) des électeurs ayant voté pour François Hollande au second tour de l'élection présidentielle se disent déçus par le chef de l'Etat.

Sans surprise, les personnes se déclarant les plus "déçues" sont les sympathisants de droite (92%). Soixante pour cent des sympathisants de gauche disent, eux, ne pas être déçus par François Hollande.

La déception touche près d'un écologiste sur deux (46%), plus d'un sympathisant d'extrême gauche sur deux (54%) et plus des deux tiers des sympathisants du MoDem (68%).

Cinquante-quatre pour cent des personnes interrogées considèrent par ailleurs que François Hollande ne va pas assez loin en matière de réformes.

Moins d'un an après l'élection présidentielle, une majorité de Français (51% contre 45%) pensent que Nicolas Sarkozy aurait fait "plutôt mieux" que lui s'il avait été réélu.

Cette enquête a été réalisée sur internet le 28 février et le 1er mars auprès d'un échantillon de 1.013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Marine Pennetier, édité par Guy Kerivel

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.