Les institutions nationales fonctionnent bien pour la moitié des Français, selon un sondage BVA pour Sciences Po, L'ObS et France Inter sur la connaissance des institutions, à l'occasion du 60e anniversaire de la Ve République.

Un Français sur deux estime que les institutions nationales fonctionnent correctement, selon le sondage BVA pour Sciences Po, L'Obs et France Inter.
Un Français sur deux estime que les institutions nationales fonctionnent correctement, selon le sondage BVA pour Sciences Po, L'Obs et France Inter. © AFP / Eric FEFERBERG

Soixante ans après l'instauration de la Ve République, les Français en maîtrisent les rouages. C'est ce qui ressort de l'enquête BVA pour Sciences Po, L'Obs et France Inter*, réalisée à l'occasion du 60e anniversaire de la Ve.

Des institutions appréciées mais peu représentatives

Près d'un Français sur deux, parmi ceux interrogés, savent dater précisément la mise en place de la Ve République (47 %). C'est d'autant plus le cas chez les personnes ayant fait des études supérieures (53 %), chez les cadres (58 %) et chez les seniors (56 %).

En revanche, ils sont moins nombreux à pouvoir dater l'entrée en vigueur du suffrage universel direct pour l'élection du président de la République. Une personne sondée sur cinq a répondu spontanément "1962" à cette question (19 % exactement). Il faut rappeler qu'avant cette date, le Président était élu par un collège de 80 000 grands électeurs environ, des députés et sénateurs, mais aussi des conseillers généraux et des élus municipaux.

Les Français s'intéressent plutôt à l'Assemblée nationale, dont il connaisse en majorité (53 %) le nombre approximatif de députés : 22 % des personnes sondées savent même le nombre exact d'élus dans la chambre basse, soit 577 députés. Et au Sénat, dans une moindre mesure : 46 % des sondés estiment de "300 à 399" le nombre de sénateurs, mais seulement 12 % savent donner le chiffre exact de 348 sénateurs.

Trois personnes interrogées sur quatre estiment cependant que l'Assemblée nationale reflète mal la diversité des opinions (72 %). Un chiffre en forte augmentation en comparaison avec 2004 : 55 %. Avec pour conséquence logique un appel à réformer les institutions politiques (Assemblée nationale, Sénat, présidence de la République...) pour 93 % des sondés.

/ capture d'écran

D'une courte majorité, l'échantillon estime donc qu'il faut mettre en place une VIe République (53 %), supprimer le Sénat (51 %) et accorder plus de pouvoir à l'Assemblée nationale (51 %).

Les Français très inspirés par le Général de Gaulle, moins par Emmanuel Macron

Le père fondateur de la Ve en demeure la personnalité la plus marquante, 60 ans plus tard. Pour les personnes sondées, Charles de Gaulle arrive loin devant toutes les autres personnalités politiques (74 %), suivi de François Mitterrand (marquant pour 49 % des sondés) et Jacques Chirac (39 %). Emmanuel Macron se situe à la septième place, tout comme Michel Rocard, avec 8 %, devancé par Nicolas Sarkozy, Valéry Giscard d'Estaing et George Pompidou.

/ Capture d'écran

Enfin, si les Français estiment que le président de la République est la personnalité qui détient le plus de pouvoir, ils sont globalement insatisfaits de la façon dont Emmanuel Macron exercer cette fonction (62 % de "pas satisfaits") et estiment même, pour 58 % des sondés, que le 8e Président utilise excessivement les pouvoirs qui lui sont conférés.

/ capture d'écran

*Étude réalisée en ligne du 29 au 30 août 2018 auprès de 1 040 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, selon des critères sociodémographiques (sexe, âge, profession, région, catégorie d'agglomération) et selon leur vote aux deux tours de l'élection présidentielle 2017.

Retrouvez l'enquête en intégralité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.