Le parti réunissait son bureau politique au siège de LR dans le XVe à Paris ce lundi après-midi, alors que François Fillon a annoncé qu'il ne mènerait pas les législatives.

François Fillon dit ne plus avoir la légitimité pour mener le combat des législatives.
François Fillon dit ne plus avoir la légitimité pour mener le combat des législatives. © Maxppp / LR FILLON POLITIQUE

Tout comme le Parti socialiste, Les Républicains sont absents du deuxième tour de l’élection présidentielle. François Fillon termine troisième avec 20,01 % des voix. Le député de la Sarthe perd l'élection que son camp jugeait imperdable au terme de la primaire des LR en novembre.

François Fillon s'est donc mis en retrait de la vie politique et annonce qu'il ne conduira pas la campagne des législatives. "Ce combat, je n'ai plus la légitimité pour le livrer". L'ancien candidat a expliqué qu'il allait redevenir un "militant parmi d'autres".

Il appelle sa famille politique à rester souder. "Il faut éviter à la France le choc de l'extrême-droite" a-t-il répété.

Une synthèse adoptée... sans aucun vote

Après son départ, les représentants Les Républicains ont débattu pendant plus d'une heure et demi au sujet de l'attitude à adopter pour le second tour. Des débats très tendus entre ceux qui veulent clairement appeler à voter Emmanuel Macron et ceux qui veulent faire barrage au FN sans donner de consignes de vote.

Une synthèse a été adoptée mais sans aucun vote. Elle affirme l’opposition du parti LR au Front national mais elle reste plutôt neutre et ambiguë : "Barrer la route à Marine Le Pen" mais l'abstention n''est pas un choix. Les choses ne sont pas vraiment dites clairement ce qui a mis le député Pierre Lellouche hors de lui : il est parti avant la fin de la réunion.

Christian Estrosi, président de la région PACA, a également exprimé sa colère : il regrette que la synthèse n'ait été soumise à aucun vote. Il a pour sa part appelé clairement à voter pour Emmanuel Macron.

Deux autres questions étaient aussi à l'ordre du jour : d'une part le choix du leader pour mener la liste aux législatives et d'autre part, celui d'un chef pour le parti. Christian Jacob, président des députés LR est chargé "d'établir une direction de campagne pour les législatives". Le député du Val d'Oise, Eric Woerth, est chargé du projet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.