34 clips vont être diffusés dans le cadre de la campagne officielle pour les européennes. Toutes les listes ont le droit à cette vitrine audiovisuelle, mais certaines pendant trois minutes et d'autres durant trois quart d'heure. Les règles suivies par le CSA ont été modifiés par les "marcheurs". Se sont-ils avantagés ?

En matière d'audiovisuel, les règles suivies par le CSA viennent d'être modifiés par les "marcheurs". Toutes les listes ont le droit à la vitrine audiovisuelle, mais certaines pendant 3 minutes et d'autres durant trois quart d'heure.
En matière d'audiovisuel, les règles suivies par le CSA viennent d'être modifiés par les "marcheurs". Toutes les listes ont le droit à la vitrine audiovisuelle, mais certaines pendant 3 minutes et d'autres durant trois quart d'heure. © Getty / Easy Production

La campagne officielle pour les élections européennes a débuté ce lundi. Pendant douze jours, des clips de campagne vont être diffusés à la télévision. Mais les 34 listes en lice n'ont pas le droit au même temps d'antenne, fixé en fonction notamment des performances des partis aux dernières européennes et aux élections plus récentes, des indications des sondages et de la contribution des candidats à l'animation du débat électoral.

Résultat : les royalistes ont quasiment autant de temps d’antenne que Benoît Hamon. "Nous avons 4,23 minutes, quand le parti du président de la République a plus de 55 minutes, regrette la tête de liste du mouvement Générations. J'ai donc 15 fois moins de temps pour convaincre. Ce n'est pas David contre Goliath. Mais David contre 10 Goliath."

"Grotesque"

Les règles suivies par le CSA ont été revues l'année dernière. "La République en Marche s'est construite une loi qui les arrange, dénonce Benoît Hamon. Ils ne sont pas dans l'illégalité, mais le problème c'est que le CSA ne sert à rien. Ce n'est pas l'autorité indépendante dont on aurait besoin. Tout ça est grotesque".

Dans les faits, cette réforme bénéficie surtout à Marine Le Pen, qui en 2014, lors des dernières élections européennes, ne disposait que de 2,52 minutes. Cette fois, le Rassemblement national hérite du deuxième temps d'antenne : 48 minutes. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas que le nombre de parlementaires qui jouent (le RN n'en a qu'une vingtaine), les sondages et les résultats des dernières élections sont maintenant pris en compte. 

Dans un tweet, Jean-Luc Mélenchon note qu'En Marche bénéficiera de 56 minutes et 48 pour le RN. "Le duel se transforme en duo organisé", note le chef de file de La France Insoumise, qui bénéficie quasiment du même temps qu’en 2014.

Les "marcheurs" répondent que ce temps d'antenne n'a rien d'exceptionnel pour un parti majoritaire, et que globalement le nombre de clips augmente de 50% (4h40 en tout au lieu de 3h). 

Cette réforme fait aussi le bonheur de Nicolas Dupont-Aignan qui bénéficie cette année de 8 minutes pour porter ses idées. Les LR en ont 38, le PS et Place Publique 19, les Insoumis 18, les Verts 14, les centristes de l'UDI près de 11 minutes, et le PCF 7 minutes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.