Des spots radios pour relancer la bataille contre la privatisation d'Aéroports de Paris. Les opposants veulent relancer la pétition hébergée sur le site du ministère de l'Intérieur. Ils n'ont réuni que 924.000 personnes pour l'instant. Problème : le financement de ces clips et leur diffusion.

L'opposition veut donner une chance au à la pétition contre la privatisation d'Aéroports de Paris en diffusant des spots radios pour relancer la bataille
L'opposition veut donner une chance au à la pétition contre la privatisation d'Aéroports de Paris en diffusant des spots radios pour relancer la bataille © Radio France / Philippe LOPEZ

Pour le moment, le Référendum d'initiative partagé a reçu 924.000 signatures. C'est beaucoup, mais il en manque encore 3 millions 800.000 pour faire aboutir le processus avant la mi-mars. Les parlementaires opposés à cette privatisation reconnaissent que cet objectif est "inatteignable", mais comptent relancer la mobilisation avec un rassemblement le 30 novembre prochain à Paris et une campagne de publicité.

Le gendarme de l’audiovisuel, le CSA, autorise l'opposition à lancer cette campagne, puisqu'il ne s'agit pas d'une campagne électorale. Mais, il faut d’abord trouver l’argent pour réaliser un clip de 30 secondes et acheter des espaces publicitaires. Il y en a pour près de 100.000€. Et les parlementaires n’ont évidemment pas le droit de piocher dans leurs indemnités pour cela. Ils vont devoir mettre de leur poche ou solliciter leurs partis politiques. "C'est loin d'être gagné" reconnaît un élu de l'équipe, au vue des finances de chacun.

L'ancien ministre socialiste, Patrick Kanner, admet"fonctionner avec des bouts de ficelle, alors qu'on a claqué 12 millions d'euros, à minima, pour le grand débat qui n'avait aucune valeur constitutionnelle". Et il ajoute : "on est en train de dépenser des millions d'euros pour promouvoir la privatisation de la Française des jeux"

Radio France ne diffusera pas ces clips

Une fois relevée le défi du financement, ils devront s'occuper de la diffusion. Si le ministère de l’Intérieur, qui héberge cette pétition, lançait une campagne d’information dans les médias, elle serait évidemment relayée. 

Mais dans le cas du spot de l'opposition, les régies publicitaires des médias peuvent refuser de s’engager dans ce débat. Donner la parole à l’opposition sur ce sujet, cela peut paraître clivant. D'ailleurs, Radio France refusera de diffuser ce clip en s’appuyant sur l’article 37 de son cahier des charges. "Les messages publicitaires ne doivent contenir aucun élément de nature à choquer les convictions politiques, philosophiques ou religieuses des auditeurs" précise-t-il.

Mais "faire de la publicité pour la privatisation de la FDJ, ça choque mes convictions politiques" réagit Patrick Kanner, qui ne veut pas en rester là et va solliciter d’autres canaux de diffusion. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.