Les surprises et les coups de théâtre sont une constante de cette élection présidentielle. Les échéances sont au moins un repère fixe

Les dates à noter
Les dates à noter © Maxppp / Alexandre Marchi

Le nombre de candidats n'a jamais été aussi important que cette année (45 depuis la défection de Yannick Jadot le 23 février et son ralliement à Benoît Hamon). Du moins le nombre de ceux et celles qui souhaitent être candidats à la présidentielle car, pour être en mesure de se présenter, il y a une condition majeure et difficile à remplir : rassembler 500 parrainages (maires, conseillers départementaux, régionaux, députés européens ou parlementaires) en provenance d'au moins 31 départements. Des parrainages qui doivent arriver au Conseil constitutionnel avant le 17 mars prochain 18h. Nouveauté cette année : ce sont les élus eux mêmes qui doivent effectuer la démarche et non plus les candidats. Autre innovation, qui celle là semble avoir beaucoup compliqué la tâche des candidats putatifs, les noms des "parrains" sont publiés par les "Sages".

.
. © Radio France / ve

L'accès aux médias

Il est primordial selon les candidats. C'est le CSA qui l'organise, sous la forme du fameux "temps de parole" pour la radio et la télévision (la presse écrite et internet font ce qu'ils veulent). Depuis le 1er février, c'est le principe de l'équité du temps de parole et du temps d'antenne qui prévaut pour les candidats déclarés. Équité, c'est à dire temps de parole attribué en fonction de la représentativité qui prend en compte les résultats du candidat ou de son parti politique aux plus récentes élections. A partir du 21 mars, les candidats du premier tour seront connus. Le temps de parole devra s'équilibrer pour eux, toujours sur le principe de l'équité, mais aux mêmes horaires. Et à partir du 10 avril, ce sera l'égalité du temps de parole et du temps d’antenne aux mêmes horaires pour tous les candidats.

2017 sera également l’année des débats télévisés

Pour les primaires de la droite, puis de la gauche, trois débats télévisés ont été organisés. Et pour la première fois, un débat opposera les candidats à l'élection présidentielle avant le premier tour. C'est TF1 qui va l'organiser. Malgré les protestations véhémentes de Nicolas Dupont-Aignan, la chaîne a choisi de ne donner la parole qu'aux cinq "principaux" candidats : François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Le président de Debout la France a donc décidé d'écrire au CSA et menace d'"attaquer TF1 en référé judiciaire". France Télévisions a fait le choix d'un débat entre tous les candidats qui auront eu les 500 signatures et attendra donc le 20 avril.

.
. © Radio France / ve

D'autres débats opposeront peut-être les candidats jusqu'au 21 avril minuit, fin de la campagne du premier tour. Car la veille et le jour du scrutin, le débat électoral est suspendu à la télévision et à la radio. Aucun sondage, aucun résultat ou analyse ne peut être diffusé à l’antenne, afin de ne pas influencer les électeurs juste avant le premier tour et juste avant le second.

.
. © Radio France / ve
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.