Écarter ses turbulents alliés écologistes et s'imposer en championne de la sociale-écologie : c'est le pari de l'équipe qui est en train de se structurer autour d'Anne Hidalgo. La maire de Paris dira à l'automne, au plus tard, ses intentions présidentielles. Mais sa politique du "vert brûlé" peut s'avérer périlleuse.

La maire de Paris dira à l'automne, au plus tard, ses intentions présidentielles
La maire de Paris dira à l'automne, au plus tard, ses intentions présidentielles © Maxppp / IP3 / Vincent Isore

Pas de machine de guerre au service d’Hidalgo, pas de parti politique intitulé, au hasard, "La France en commun" (comme le projet lancé en juin par le PCF) : mais le premier adjoint de la maire de Paris Emmanuel Grégoire assume des préparatifs : "On y travaille, il faut se structurer pour qu’à la fin de l’été, début automne au plus tard, si elle se dit prête, nous le soyons aussi." D'abord, il faut rassembler et élaborer un  programme commun dans cet espace politique, la "sociale écologie", qu’incarnerait, selon ses proches, Anne Hidalgo.

Parmi ces proches, le sénateur de Paris Rémi Féraud, estime que Yannick Jadot a raté son entrée en campagne. Il a heurté les siens, et apparaît finalement plus proche d'une écologie pragmatique, telle que peut la porter Anne Hidalgo. Sur les valeurs, ils sont raccord. Lui ne donne pas dans le "relativisme islamiste" (allusion à la dernière polémique en date entre socialistes et écologistes parisiens, autour d'une supposée ambiguïté des écologistes sur les questions de laïcité et République). Il souligne aussi que nombre de militants EELV ne sont pas insensibles à la "radicalité" de La France Insoumise.

Chez les Insoumis, justement, on hausse les épaules : "Anne Hidalgo, c’est une sorte de sœur siamoise d’Emmanuelle Macron. Et surtout, elle a fait l’erreur d’humilier sa majorité écologiste", sanctionne un élu. 

"Hidalgo, c'est Hollande qui manierait mieux le copier-coller écolo"

Et c’est effectivement d’EELV que viennent les critiques les plus sévères : comment parler de féminisme quand on ferme les yeux sur un adjoint à la culture, Christophe Girard, ami de l’écrivain pédophile Gabriel Matzneff ? De social, quand on fait applaudir dans l'hémicycle parisien le préfet Lallement, qu'ils voient comme "l'éborgneur des 'gilets jaunes'"

"Anne Hidalgo, c’est François Hollande qui manierait mieux le copier-coller écolo", nous confie un haut responsable d'EELV. "Elle est incapable d'incarner un récit émancipateur et propulsif." Et puis, poursuit-il, "elle ne se revendique pas socialiste, alors qu'il va lui falloir la force de frappe du PS, elle humilie les écologistes en les ravalant au rang de 'khmers verts' alors qu'elle leur doit aussi son élection à Paris. Est-ce qu'elle parle vraiment aux gens au-delà du périph ?"

"Le juge de paix", balaye un proche de la Maire de Paris, "ce seront les citoyens, auxquels elle va beaucoup s'adresser cette année en raison de la crise sanitaire et écologiste. Et son aura internationale. À l'été on verra où en sont les sondages." Mais attention, prévient encore un élu écologiste influent : "On est dans un bocal d’escargots où tout le monde se bave dessus. Si on veut trouver un chemin en 2022 il va falloir sortir du bocal."