Alors que les automobilistes s'inquiètent, l'opposition critique la façon dont le gouvernement gère ce conflit.
Alors que les automobilistes s'inquiètent, l'opposition critique la façon dont le gouvernement gère ce conflit. © MaxPPP

La CGT et Force ouvrière se lancent dans un bras de fer avec le gouvernement sur la question des raffinerie.

Alors que les automobilistes s'inquiètent, l'opposition passe à l'offensive et critique la façon dont le gouvernement gère ce conflit. L’opposition est dans son rôle et profite de la situation.

Un gouvernement affaibli

Un gouvernement est affaibli par l'épisode du 49.3 et une motion de censure de la droite.

Alors, elle fustige un exécutif « trop laxiste pas assez présent ». Absent même, comme l’expliquait dimanche matin, Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite et du centre, faisant référence au Premier ministre en visite en Israël.

Gouverner à distance

Selon lui, avec ces raffineries bloquées, Manuel Valls aurait dû rester en France. Depuis Tel Aviv, Manuel Valls répond à Bruno Le Maire que dans un monde connecté, on peut gouverner à distance. Et c'est bien la façon dont l'exécutif gouverne que dénonce Jean-Pierre Raffarin dans la foulée. Le sénateur Les Républicains et ancien Premier ministre parle de "désordre" d'un gouvernement qui agit trop tard. Quant à Nicolas Sarkozy il devrait enfoncer le clou ce dimanche soir. Le président du parti Les Républicains est l’invité du journal de 20h de TF1.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.