Plusieurs dizaines de scientifiques de premier plan appellent à "utiliser le vote Macron pour barrer la route au pire".

Emmanuel Macron reçoit le soutien de scientifiques de renom
Emmanuel Macron reçoit le soutien de scientifiques de renom © Reuters / Regis Duvignau

"Intellectuels, professionnels de la culture, de l'enseignement, des sciences et de la création, profondément attachés aux valeurs républicaines et humanistes de pluralisme, de tolérance, de paix, de laïcité et de liberté, nous sommes très inquiets de la situation politique en France au lendemain du premier tour des élections présidentielles".

Cet appel est lancé par Jean-Michel Bony, mathématicien, Bruno Chaudret, chimiste, Jean-Michel Galano, philosophe, Jean-Pierre Kahane, mathématicien, Ivan Lavallée, informaticien, Evariste Sanchez-Palencia, mathématicien. Parmi les signataires figurent la médaille d'or du CNRS Claire Voisin et le mathématicien et médaille Fields Cédric Villani, directeur de l’Institut Henri-Poincaré de l’Université Pierre et Marie Curie à Paris.

Le mathématicien Cédric Villani, médaille Fields
Le mathématicien Cédric Villani, médaille Fields © Reuters / Charles Platiau

Le texte souligne que "dans les quelques villes qu'il dirige ou a dirigées, le FN a toujours réduit les budgets de l'action sociale, mais aussi de la culture" et que "son discours social est un leurre".

Ou encore l'un des pères du robot Philaé, Jean-Pierre Bibring, astrophysicien à l'Institut d'Astrophysique Spatiale fait partie des signataires, joint par Sophie Bécherel :

"Quelles que puissent être nos inquiétudes et nos divergences avec le candidat Emmanuel Macron, nous appelons dans notre diversité ceux qui partagent nos valeurs à utiliser le seul bulletin de vote à leur disposition pour faire barrage au fascisme, sans se laisser abuser par le camouflage qu'il se donne."

Déjà le 27 avril, neuf dirigeants des principaux organismes publics de recherche (Cirad, Ifremer, Inserm etc.) et la Conférence des présidents d'université avaient appelé "à voter contre" Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle, son programme étant, selon eux, "porteur de régression et de déclin sur tous les plans".

Faire face à une méfiance grandissante partout dans le monde

14 000 scientifiques du monde entier se sont réunis en congrès à Vienne vendredi 28 avril et se sont montrés déterminés à défendre leur mission, face aux assauts politiques mais aussi à une méfiance croissante du public.

"Défiance à l'égard des experts, négation de vérités qui dérangent, volonté de fermer les frontières... tout cela, mis en lumière par de récents événements politiques, nuit au progrès scientifique", a souligné Jonathan Bamber, président de l'Union européenne des géosciences. Ils ont repris et détourné le slogan de Donald Trump, quelques jours après la tenue de manifestations pour la science à Washington et dans le monde :

Rendre sa grandeur à la science !

Le 22 avril dernier, dans plus de 600 villes à travers le monde (dont plusieurs villes françaises), des manifestations ont été organisées pour défendre la science, après les différentes atteintes aux découvertes scientifiques faites notamment par l'administration Trump.

Marche pour la science à Paris le 22 avril 2017
Marche pour la science à Paris le 22 avril 2017 © AFP / Emeric Fohlen / NurPhoto
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.