l’ump toujours à la recherche d’un chef
l’ump toujours à la recherche d’un chef © reuters

François Fillon a ouvert le bal début juillet. Depuis, les ténors de l'UMP réclament "un droit d'inventaire" de la présidence Sarkozy. Cette semaine Laurent Wauquiez a à son tour appelé à faire le bilan critique du dernier quinquennat.

Hervé Mariton, Gérald Darmanin, Patrick Devedjian ont troublé la trêve estivale pour demander de procéder à "l'inventaire" du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Objectif : préparer au mieux la prochaine élection.

Les anciens Premiers ministres Jean-Pierre Raffarin et surtout François Fillon étaient aupravant montés au créneau pour réclamer la même chose.

Au tour de Wauquiez

Le plus virulent est Laurent Wauquiez. Le fondateur du courant de la Droite sociale à l'UMP se pose en défenseur des classes moyennes et pourfendeur de "l'assistanat". Dans une interview au Point daté du 15 août, l'ancien ministre dresse un bilan des années Sarkozy.

Pour lui l'inventaire est en cours, mais il importe d'éviter "que l'inventaire ne serve à instruire une espèce de procès stalinien de Nicolas Sarkozy".

Le député-maire du Puy-en-Velay oublie sans doute que l'ancien président est en tête des sondages auprès des symptahisants de l'UMP

En dix ans, on a sans doute amélioré le fonctionnement du pays mais on n'a pas redonné un vrai souffle ni interrompu la menace du déclin.

Laurent Wauquiez tire aussi des enseignements positifs de la politique de Nicolas Sarkozy : la défense de la laïcité, la gestion de la crise économique ou encore "plusieurs réformes majeures" (service minimum, universités, investissement d'avenir) sont à mettre à l'actif de l'ancien président. En revanche, le maintien des 35 heures, les "dérives de l'assistanat", les "rafales de normes administratives" qui étouffent le pays, les rigidités du droit du travail et la TVA sociale arrivée trop tard sont à ses yeux les points noirs dui précédent quinquennat.

Si Nicolas Sarkozy a conservé l'intelligence politique qu'on lui connaît, le droit d'inventaire, il devrait le faire lui-même.

__

Thomas Guénolé est politologue, spécialiste de l'UMP. il répond à Benjamin Illy

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.