Yannick Jadot, la tête de liste écologiste aux prochaines élections européennes, refuse l'offre de services de Ségolène Royal. L'ancienne candidate PS à l'élection présidentielle a fait savoir qu'elle accepterait de figurer en seconde position sur une liste d'alliance écologiste.

Yannick Jadot, la tête de liste écologiste aux prochaines élections européennes, a finalement refusé l'offre de services de Ségolène Royal
Yannick Jadot, la tête de liste écologiste aux prochaines élections européennes, a finalement refusé l'offre de services de Ségolène Royal © AFP / Philippe Lopez

"Les écologistes n’ont pas vocation à recycler d'anciens socialistes qui se cherchent une planche de salut" : voilà ce que pense l’état-major d’Europe-Écologie-Les Verts. Raison officielle pour laquelle ils ont claqué la porte au nez de Benoît Hamon, et explication également du refus de la main tendue de Ségolène Royal. 

Tout le monde se veut écologiste aujourd’hui, alors les Verts entendent bien montrer que la pureté de la cause, ce sont eux qui la portent.   

Dans l’entourage de Yannick Jadot, beaucoup croient à une manœuvre du PS. On sait que le parti se cherche désespérément une tête de liste, qu’ils l’ont proposé à Ségolène Royal, qui a demandé un temps de réflexion. 

Alors ils auraient tenté ce coup de poker : la candidature en seconde position sur la liste écologiste de l’ancienne ministre de François Hollande, tout en sachant pertinemment qu’EELV refuserait, au nom précisément de cette pureté écologique, avec le risque de passer pour des sectaires, des Khmers verts, et ainsi faire monter la côte de la probable future tête de liste socialiste pour les européennes : Ségolène Royal.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.