Au sein de la France Insoumise, de nombreuses voix ont dénoncé avec force les perquisitions qui ont visé cette semaine le chef de file du mouvement. Mais la réaction violente de Jean-Luc Mélenchon face aux policiers crée aussi un malaise à la base du parti.

Visé par deux enquêtes préliminaires, Jean-Luc Mélenchon a été entendu jeudi dans les locaux de la police judiciaire, à Nanterre.
Visé par deux enquêtes préliminaires, Jean-Luc Mélenchon a été entendu jeudi dans les locaux de la police judiciaire, à Nanterre. © Maxppp / Yoan Valat/EPA

"Une honte, une trahison vis-à-vis de tous les insoumis". Clémentine Langlois ne mâche pas ses mots. Investie aux législatives de 2017 sous l’étiquette La France Insoumise dans la 1ère circonscription des Français de l'étranger, elle a signé comme les autres candidats LFI la charte de l'association Anticor qui vise à encadrer les pratiques des élus, éviter les abus et les risques de fraude. D'où sa stupeur quand elle a vu son leader, Jean-Luc Mélenchon, perdre ses nerfs mardi devant des policiers et même bousculer un procureur de la République. "C’est terrible de voir le comportement d’un homme politique dans ce type de situation, pour nous qui sommes attachés aux valeurs de la République", a-t-elle dit jeudi au micro de France Inter.

S’ils se gardent bien d’exprimer leurs doutes en public, des militants confient leur amertume sur les boucles de la messagerie Telegram, selon nos informations. "Assez de buzz, ce que fait Mélenchon est contre-productif", peut-on lire. "Nous ne sommes pas des électeurs frontistes".

Déjà cet été, le Collectif des Insoumis démocrates (238 adhérents) avait lancé une pétition pour protester contre "les dérives autoritaires" du mouvement. Ses membres doivent se réunir ce dimanche à Paris dans un lieu pour l’instant confidentiel, "par peur des représailles", explique Clémentine Langlois. 

Malgré l’unité affichée, La France Insoumise est traversée par quelques secousses, en interne. Début octobre, la députée Clémentine Autain a vécu une réunion de groupe houleuse, après avoir signé un manifeste pour l’accueil des migrants rejeté par les autres députés LFI. Des tensions sur fond de rivalité sont également régulièrement rapportées entre Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin, même si les deux intéressés s’en défendent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.