• Emile-Roger Lombertie (UMP-UD) : 45.07%
  • Alain Rodet (PS-UG) : 43.82%
  • Vincent Gérard (FN) : 11,11%
Après trois élections au premier tour, Alain Rodet perd Limoges
Après trois élections au premier tour, Alain Rodet perd Limoges © Maxppp / Marlene Awaad

C'est sans doute la plus grande claque infligée à la gauche lors de ces municipales. Alain Rodet, maire PS depuis 1990 et élu au premier tour lors des trois précédentes municipales, vient de perdre la mairie de Limoges, bastion de la gauche depuis 1912.

C'est finalement un maire de droite qui dirigera la capitale limousine pour les six prochaines années. Une situation totalement inédite pour Limoges, qui était dirigée par des maires de gauche (communistes puis socialiste) depuis plus de 100 ans.

Emile-Roger Lombertie l'a emporté d'une courte tête lors de ce second tour, sans même utiliser les voix du Front national (dont le candidat s'était maintenu) avec 45,07% des voix contre 43,82% pour le député-maire sortant.

► ► ► CONSULTER | Les résultats ville par ville

La sanction d'un soutien de François Hollande ?

Alain Rodet avait déjà subi un premier camouflet au premier tour en plafonnant à 30,1%, soit 25 points de moins qu'en 2008. Il avait accepté lors de l'entre-deux-tours de faire de larges concessions dans son programme pour s'unir avec les autres listes de gauche : peine perdue, l'union de l'UMP, de l'UDI et du MoDem ont suffi pour lui reprendre la mairie.

Alain Rodet a également été un soutien constant de François Hollande lors de la dernière présidentielle, où le candidat corrézien avait obtenu d'excellents scores.

►►► A LIRE | L'UMP rafle la mairie de Toulouse au PS

►►► A LIRE | À Quimper, la sanction d'un proche de Hollande

►►► A LIRE | Grenoble passe au Vert

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.