Se montrer à l'écoute sans céder sur la loi travail, la voie était étroite pour le gouvernement qui recevait l'ensemble des organisations de jeunesse.

Au lendemain d'une cinquième journée de mobilisation contre le projet de loi travail, qui a rassemblé 24.000 manifestants dans toute la France, le gouvernement a tenté d'apaiser la contestation en recevant, mercredi, les syndicats étudiants et lycéens. Ils ont été conviés au ministère de l'Education nationale, mais la ministre du Travail Myriam El-Khomri, et son homologue de la Ville, Patrick Kanner, étaient également présents au côté de Najat Vallaud-Belkacem.

Une manière sans doute de ne pas centrer la discussion sur la réforme du code du travail.

Des membres de la jeunesse nous ont envoyé une alerte sociale qui dépasse largement la question de la loi travail (La ministre de l'Education nationale interrogée sur France 2)

►►► Retrouvez l'interview de la ministre en intégralité

C'est pourtant bien le retrait de ce projet quel'Unef, principal syndicat étudiant , continue de réclamer. Après son entrevue avec les ministres, son président William Martinet appelait les étudiants à rester mobilisés.

Un désaccord persiste sur le projet de loi travail. Nous continuons à contester le projet. (William Martinet sur i> Télé à la sortie du ministère)

Une garantie jeunes en débat

Deuxième syndicat étudiant, la Fage, elle, ne s'oppose pas à la nouvelle mouture du texte de Myriam El-Khomri. Mais son président, Alexandre Leroy, a profité de sa visite au ministère pour plaider en faveur d'une garantie jeunes : "Il y a un public qui est précaire et pour lequel on ne fait rien, ce sont les jeunes diplômés qui ne trouvent pas de boulot . On pourrait créer une sorte de garantie qui permettrait de leur donner une allocation et de créer un filet de sécurité générationnel ".

Sur ce point, Najat Vallaud-Belkacem a paru ouverte à la discussion, assurant qu"aujourd'hui des dizaines de milliers de jeunes sont confrontés à une espèce de trou noir sans droits sociaux ni allocations chômage ". Elle n'a cependant pas précisé quel type d'aide le gouvernement pourrait mettre en place.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.