Luz
Luz © corbis / Corbis

C'est lui qui a signé la Une controversée sur Mahomet après l'attentat contre Charlie Hebdo. Luz dessinateur emblématique de Charlie va quitter l'hebdomadaire en septembre. Il l'annonce ce lundi dans une interview au journal Libération.

Luz le précise tout de suite, sa décision n'a rien à voir avec les dissensions qui secouent actuellement Charlie Hebdo , "c'est un choix très personnel" explique ce pilier de l'hebdomadaire satirique, qui y est entré en 1992.

Si je me barre, c'est que c'est difficile pour moi de travailler sur l'actualité

1'38

"Heureusement qu'il y a ce putain de dessin pour raconter ce que le cerveau n'arrive pas à traduire"

La défection de celui qui était devenu ces derniers mois le dessinateur vedette du journal est un nouveau coup dur pour Charlie Hebdo qui avait perdu cinq dessinateurs dans l'attentat du 7 janvier et souhaitait attirer de nouveaux talents.

Ca n'arrive plus à m'intéresser, en fait, ce retour à la vie normale de dessinateur de presse. Beaucoup de gens me poussent à continuer, mais ils oublient que le souci, c'est l'inspiration

Si sa réflexion sur le départ date "d'il y a longtemps", Luz explique qu'après l'attaque, il a suivi par "solidarité, pour laisser tomber personne. Sauf qu'à un moment donné, ça a été trop lourd à porter " explique le dessinateur de Charlie Hebdo.

Chaque bouclage est une torture parce que les autres ne sont plus là. Passer des nuits d'insomnie à convoquer les disparus, à se demander qu'est-ce que Charb, Cabu, Honoré, Tignous auraient fait, c'est épuisant

Une fois la page Charlie tournée,il dit vouloir faire "des livres. Prendre du temps" et "relire la bible". Avant d'ajouter "Non, je déconne !".

Fin avril, l'auteur de la couverture du premier Charlie Hebdo paru après la tuerie, où Mahomet disait 'tout est pardonné' -un dessin qui avait suscité des manifestations parfois violentes dans le monde - avait déjà annoncé qu'il ne dessinerait plus le personnage du prophète.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.