Le chef de l'État sera ce dimanche 22 avril sur la chaîne conservatrice et controversée Fox News pour lancer sa visite officielle aux États-Unis. Un choix bien loin de la plus consensuelle chaîne CNN, à laquelle le chef de l'État avait accordé une interview en septembre 2017.

Créée en 1996, Fox News est une chaîne américaine d'info en continue réputée pour ses positions conservatrices
Créée en 1996, Fox News est une chaîne américaine d'info en continue réputée pour ses positions conservatrices © AFP / JOHN LAMPARSKI

C'est un choix qui peut surprendre : Emmanuel Macron s'invite sur la chaîne conservatrice américaine Fox News. Il a reçu vendredi 20 avril à l'Élysée l'un des journalistes phares de la chaîne, Chris Wallace. L'entretien sera diffusé dimanche 22 avril, juste avant l'arrivée du président français pour une visite officielle aux États-Unis. Une interview inattendue tant la chaîne résolument pro-Donald Trump est habituée aux polémiques. 

Des zones de non-droit en plein Paris

L'épisode le plus retentissant des dérapages de Fox News est sans aucun doute celui des "No-go zones" (zones à éviter à tout prix) parisiennes. En janvier 2015, après les attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher, un journaliste et vétéran de l'armée américaine est invité de Fox News. Présenté comme un "expert", Nolan Peterson dresse un portrait alarmant de la capitale française : il assure que plusieurs quartiers de la ville sont aux mains des "islamistes radicaux" et que la charia – la loi islamique – est appliquée sur place ! C'est le cas de Ménilmontant, de Belleville ou encore de plusieurs zones du nord de Paris à côté du périphérique. Pour étayer ses propos, le journaliste présente même une carte précise de ces "No-go zones".

Les policiers français n'osent même plus se rendre dans ces quartiers de Paris !
Les policiers français n'osent même plus se rendre dans ces quartiers de Paris !

L'expert ajoute, toujours sur le plateau de la chaîne d'info, que des "musulmans" s'y promènent "avec des tee-shirts d'Oussama Ben Laden. Face à l'ampleur des protestations sur les réseaux sociaux, Fox News et Nolan Peterson s'excusent. Un mea culpa qui n'empêche pas la maire de Paris Anne Hidalgo de porter plainte pour diffamation contre la chaîne américaine.

Des fake news sur Fox News

Été 2017, Fox News fait face à de graves accusations : un de ses collaborateurs, Rod Wheeler, reproche à la chaîne d'avoir monté de toutes pièces une histoire autour de l'affaire Seth Rich pour nuire aux démocrates américains et à la demande expresse du président Donald Trump.

Seth Rich est employé au sein du comité national du parti démocrate (DNC), il est tué par balles mi-juillet 2016 à Washington. L'enquête officielle conclut à un vol à main armée mais plusieurs sites et médias, identifiés comme conservateurs, laissent entendre qu'il s'agit d'un assassinat politique. Selon cette théorie, qui n'est étayée par aucune preuve, Seth Rich aurait communiqué à Wikileaks, la plateforme de publication de documents secrets, des courriers électroniques internes au comité national du Parti démocrate, avant d'être découvert et assassiné.  Près d'un an plus tard, Fox News diffuse, sur son site, un article qui accrédite cette thèse. Le papier intègre des citations de Rod Wheeler, qui affirme que Seth Rich a bien transmis des courriers électroniques à Wikileaks. Sauf que le principal intéressé dément : Rod Wheeler assure que ces citations sont entièrement fausses. 

Quelques jours après avoir mis l'article en ligne, Fox News le retire, expliquant qu'il n'avait pas été soumis à "l'examen éditorial le plus exigeant" et ne respectait pas les "standards" de la chaîne en matière d'information.

Les dérapages de Laura Ingraham

C'est une des stars de la chaîne : l'éditorialiste ultra-conservatrice Laura Ingraham occupe une place de premier choix sur Fox News. Sauf qu'elle est aussi habituée aux polémiques. Dernière en date : ses moqueries visant David Hogg, 17 ans, figure de la lutte anti-arme et rescapé de la tuerie de Parkland. Le 28 mars 2018, dans un tweet, la quinquagénaire accuse l'élève de terminale de "pleurnicher" après s'être vu refuser l'entrée de quatre universités, une décision selon elle "totalement prévisible" compte tenu de sa moyenne générale. 

Immédiatement, les réseaux sociaux s’enflamment : des milliers d'internautes se disent choqués que l’éditorialiste s'en prenne à un étudiant mineur tout juste rescapé d'une fusillade. L'affaire agite le net à tel point que certains annonceurs retirent leurs publicités de l'émission présentée par Laura Ingraham. Après quelques jours, l'éditorialiste finit par s'excuser et déclare que David Hogg, 17 ans, est le bienvenu dans son émission pour une "discussion productive".

Ce n'est pas le premier coup d'éclat de Laura Ingraham cette année. Elle s'est notamment illustrée après avoir demandé au basketteur Lebron James de "la fermer et de dribbler" après ses critiques sur la politique du président américain Donald Trump.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.