Une polémique est née cet été après les propos critiques de Macron sur les 35 heures
Une polémique est née cet été après les propos critiques de Macron sur les 35 heures © MaxPPP

Emmanuel Macron a été vilipendé à gauche pour ses propos explosifs sur les fonctionnaires, la droite raillant elle un ministre de l'Economie qui "braconne" sur ses terres mais "rétropédale" à chaque recadrage.

A la veille d’un Conseil national du PS, le feu nourri des critiques à l’encontre du ministre de l’Economie ne pouvait pas tomber plus mal. Déjà fin août, on avait vu l’homme s’attirer les foudres de son propre camp en critiquant les 35 heures fin août juste avant l'ouverture de l'Université d'été du PS à La Rochelleµ. Cette fois ci, à la veille d'un Conseil national du PS, Emmanuel Macron est vilipendé à gauche pour ses propos explosifs sur les fonctionnaires, dont il qualifie le statut de "plus justifiable".

Pour nos concitoyens, pour le pays, et pour les fonctionnaires de Bercy, et moi j'en suis un, le débat vaut mieux que tout ce qu'on en fait

Après une première mise au point vendredi sur ses propos -censés être "off"-, Emmanuel Macron a mis en avant samedi qu'il était lui-même haut fonctionnaire pour essayer de faire taire les critiques. "Vous ne me ferez tomber ni dans la langue de bois, ni dans les provocations", avait-t-il lancé. "Pour nos concitoyens, pour le pays, et pour les fonctionnaires de Bercy, et moi j'en suis un, le débat vaut mieux que tout ce qu'on en fait", a-t-il insisté.

Peu de temps après, François Hollande, en déplacement en Corrèze, avait recadré son ministre, affirmant son attachement à ce statut. Le ministre avait entretemps minimisé la portée de ses précédents propos, indiquant n'avoir jamais parlé d'une réforme qu'envisagerait le gouvernement pour le statut de la fonction publique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.