Alors que les policiers manifestent devant le ministère de la Justice et devant les palais de justice en régions, Manuel Valls a annoncé une série de mesures visant à faciliter la procédure pénale. La gestion de la garde à vue devrait être simplifiée.

"Il sera désormais autorisé de récapituler dans un procès-verbal unique de fin de garde à vue l'ensemble des formalités procédurales représentatives du droit ", a annoncé le Premier ministre.

Bientôt un projet de loi

Le projet de loi sera présenté "dans les prochains mois " en Conseil des ministres, a indiqué le Premier ministre, entouré du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et de la Garde des Sceaux Christiane Taubira, lors d'une allocution à Matignon.

Revoir tout le processus d'enquête

Au delà de la garde à vue, le premier ministre a vouloir revoir tout le processus de l'enquête judiciaire. "C'est tout le formalisme procédural de l'enquête de police judiciaire qui sera également revu et allégé, proportionnellement au degré de gravité des affaires ", a indiqué le chef du gouvernement.

Manuel Valls a également tenu à répondre aux manifestants et à la droite, qui dénoncent un "gouvernement "laxiste " .

Des peines "durcies" pour le trafic d'armes lourdes

Le premier ministre Manuel Valls a annoncé le "durcissement " des peines pour le trafic d'armes lourdes. "Les peines encourues pour acquisition, détention ou cession d'armes de catégorie A et B, c'est-à-dire les plus lourdes, seront portées de 3 à 5 ans d'emprisonnement ".

Manuel Valls veut "durcir" les peines pour trafic d'armes lourdes :

Limiter les permissions de sortie des détenus

Le premier ministre a aussi annoncé mercredi son souhait d'"éviter " les permissions de sorties de détenus sans "nécessité avérée" , après la grave agression d'un policier en Seine-Saint-Denis par un prisonnier en cavale.

Les permissions seront "recentrées " sur "le respect de la dignité humaine " (obsèques d'un parent, visite en cas de maladie grave...) et des "exigences du projet de réinsertion sociale" du détenu.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.