Le dispositif entend répondre à l'abandon du "récépissé" pour lutter contre les contrôles de police au faciès, écarté en 2013
Le dispositif entend répondre à l'abandon du "récépissé" pour lutter contre les contrôles de police au faciès, écarté en 2013 © MaxPPP

Les "caméras piétons", de petites caméras fixées sur le torse des forces de l'ordre expérimentées depuis trois ans dans la police, vont "faire partie de l'équipement classique des forces de l'ordre sur le terrain", a annoncé lundi Manuel Valls.

L'expérimentation avait été lancée en avril 2013 lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. Aujourd’hui Premier ministre, c’est le même Manuel Valls qui annonce dans un discours consacrée à la mixité sociale et à la lutte contre les discriminations aux Mureaux, dans les Yvelines, la généralisation du dispositif.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Dix ans après la mort de Zied et Bouna

La phase d’essai de ces caméras, qui permettent à la fois de protéger les force de l'ordre et de vérifier qu'une intervention s'est produite conformément à la déontologie policière, a été "concluante", a ainsi jugé le Premier ministre en annonçant leur généralisation, sans toutefois s’avancer sur un calendrier précis.

Une expérimentation qui a convaincu les syndicats comme l'explique à Nathalie Hernandez Nicolas Comte du syndicat SGP-FO de la police nationale.

Ces caméras font baisser la pression lors d’un contrôle donc tout le monde est gagnant

Lutter contre les contrôles de police au faciès

Le dispositif entend répondre à l'abandon du "récépissé" pour lutter contre les contrôles de police au faciès, écarté en 2013. Interrogé lundi matin sur cet abandon, Manuel Valls avait estimé que le gouvernement avait "mis en oeuvre" des "dispositifs beaucoup plus ambitieux", en mettant l'accent sur ces "caméras piétons", aux côtés de la plate-forme internet, le code de déontologie, le matricule ou le rôle renforcé de l'Inspection générale de la Police nationale.

Selon le Premier ministre, un statut législatif sera déterminé "afin d'encadrer les conditions d'usage des caméras piétons et les conditions de traitement des vidéos" et sera intégré au projet de loi Egalité et citoyenneté devant être discuté au Parlement au premier semestre 2016.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.