L'ancien Premier ministre Manuel Valls suscite un taux de rejet supérieur à celui des têtes d'affiche FN, selon le baromètre Odoxa pour France Inter publié ce lundi.

Manuel Valls suscite pour la première fois un taux de rejet supérieur à celui de Marine Le Pen
Manuel Valls suscite pour la première fois un taux de rejet supérieur à celui de Marine Le Pen © AFP / PHILIPPE LOPEZ

Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et surtout Manuel Valls. L'ancien Premier ministre a pris la tête des personnalités les plus rejetées, de 'l'infamie politique", comme l'écrit Gaël Sliman, président d'Odoxa dont le baromètre* politique pour L'Express, France Inter et la presse régionale a été publié ce lundi.

Avec une hausse de 4 points, Manuel Valls suscite le rejet auprès de 54% des personnes sondées. Il devance pour la première fois Marine Le Pen (53%), elle-même en hausse de deux points. Son allié éphémère du second tour, Nicolas Dupont-Aignan, est propulsé à la troisième place avec 48% de taux de rejet, gagnant ainsi 13 points par rapport au précédent baromètre. A l'inverse, les personnalités politiques qui se sont ralliées à Emmanuel Macron, telles que François Bayrou, Gérard Collomb ou encore Jean-Yves Le Drian, bénéficient à la baisse de ce choix politique.

Côté adhésion, Nicolas Hulot est plébiscité. Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire devance de près de 20 points les autres personnalités politiques, avec 57% d'adhésion (soutien ou sympathie des personnes sondées).

Pas de blanc-seing pour le gouvernement Macron

Pas d'état de grâce en revanche pour le nouveau Président, mais une volonté quand même de l'aider à mener son projet gouvernemental. Le baromètre affiche un fort souhait de victoire pour La République en Marche aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains.

Côté popularité, la victoire d'Emmanuel Macron a suffit pour inverser la tendance. 58% des personnes interrogées pensent qu'Emmanuel Macron est un bon président de la République, et 41% sont convaincus du contraire. A titre de comparaison, François Hollande a quitté l'Élysée avec un taux de popularité à 22% et un taux de rejet de 78% des personnes sondées. L'inversion de la courbe est donc forte. Mais finalement pas tant que cela. Odoxa a comparé avec les premiers taux de popularité des présidents élus : lors de son élection, en mai 2012, François Hollande récoltait 61% d'opinions favorables. Nicolas Sarkozy se situait à 63% en juin 2007, Jacques Chirac à 62% en mai 1995, François Mitterrand à 61% en juin 1981.

Capture d'écran Baromètre Odoxa du 29 mai 2017
Capture d'écran Baromètre Odoxa du 29 mai 2017

*Enquête réalisée par Odoxa par internet les 22 et 23 mai derniers auprès d'un échantillon représentatif de la population française de 1 014 personnes âgées de 18 ans et plus, dont 219 sympathisants de gauche, 170 sympathisants d'En Marche, 157 sympathisants de droite et 165 sympathisants FN.

► ALLER PLUS LOIN | Consulter l'intégralité du baromètre politique Odoxa

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.