[scald=210033:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui s'est inquiété mardi des risques "d'implosion sociale" en France en raison de la crise économique, a lancé jeudi un avertissement aux ouvriers en colère, estimant qu'il n'y a "pas de place pour la violence".

L'annonce par Goodyear Dunlop France de son intention de fermer son usine de pneumatiques d'Amiens-Nord (Somme), les licenciements prévus à PSA et la confusion quant à l'avenir de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) ont ravivé des tensions en France, théâtre d'annonces à répétition de plans sociaux depuis plusieurs mois.

"Il y a de la désespérance chez les ouvriers, chez les ouvrières, il y a de la colère. (...) J'en appelle évidemment à la retenue, au dialogue social, à la recherche de solutions", a dit jeudi le ministre de l'Intérieur sur Europe 1.

"Il n'y a pas de place pour la violence, et je lance évidemment un avertissement, la police, elle fait son travail, mais on ne peut pas admettre qu'on cherche à casser l'outil de travail, à briser des mobiliers urbains, qu'on s'attaque à des édifices publics, qu'on lance des boulons sur des policiers", a-t-il ajouté.

Le ministre du Travail Michel Sapin a de son côté appelé de ses voeux un "dialogue renoué entre les organisations syndicales et la direction de ces entreprises".

"On peut comprendre qu'il y ait de la tension, qu'il y ait parfois même de la colère chez les syndiqués, chez les salariés concernés", a-t-il dit sur Radio Classique et Public Sénat.

"Nous sommes là pour trouver des solutions", a-t-il ajouté.

Interrogé mardi sur BFM TV, Manuel Valls avait estimé qu'on assistait "moins à des mouvements sociaux qu'à des explosions, des implosions sociales".

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.