Manuel Valls, invité du JT de TF1 ce dimanche
Manuel Valls, invité du JT de TF1 ce dimanche © Radio France

Invité ce dimanche soir du JT de TF1, le Premier ministre Manuel Valls a assuré qu'il travaillait à une mesure pour alléger les impôts des ménages les plus modestes. 650.000 foyers devraient être concernés.Manuel Valls a par ailleurs souligné l'importance des Européennes et de la future réforme territoriale.

Il l'avait déjà évoqué lors de son discours de politique général, Manuel Valls l'a redit ce dimanche sur le plateau de TF1 : promis, les ménages les plus modestes "paieront moins d'impôts". Une mesure est en préparation, a assuré le Premier ministre, sans toutefois donner plus de détails sur sa nature.

Ces dernières années, "il y a à peu près 650.000 ménages qui sont rentrés dans l'impôt et qui doivent en sortir", a-t-il insisté, en précisant que le gouvernement et sa majorité travaillaient sur une mesure concernant les personnes gagnant autour de "1,2" à "1,3 fois le Smic".

Nous devons faire baisser cette pression fiscale. C'est l'engagement que je prends devant vous. Entre 2010 et 2012, la droite a augmenté les impôts de 30 milliards. Et entre 2012 et 2014, la gauche les a augmentés aussi de 30 milliards. Ça suffit, c'est trop. Trop d'impôt, selon la vieille formule, tue l'impôt et tue surtout la compétitivité de notre pays.

Les Europénnes "décisives" pour l'avenir de la France

Les élections européennes sont un choix "décisif" et "majeur" pour "l'avenir de la France et de l'Europe", a par ailleurs déclaré le Premier ministre, disant "ne pas se résoudre" à une éventuelle percée du Front national.

►►► ALLER PLUS LOIN | Dossier : tout savoir sur les Européennes

Selon lui, la crise ukrainienne est un exemple du rôle "essentiel" de l'Europe : "La Pologne et les pays Baltes qui sont aujourd'hui membres de l'Union européenne, si ces pays n'étaient pas dans l'Union européenne, ils connaîtraient sans doute le même sort que l'Ukraine aujourd'hui, parce que notamment dans les pays Baltes, il y a des minorités russes importantes."

Le nombre de régions divisé par deux fin 2016

Manuel Valls a également répondu au président de l'UMP, Jean-François Copé, invité de Tous Politiques sur France Inter ce dimanche, qui a fustigé le projet de réduction du nombre de régions administratives en France. D'après Jean-François Copé, cela reviendrait à un "changement de République", il est donc "inacceptable" que les Français ne soient pas consultés par référendum.

Sur ce sujet, "le président consultera tous les responsables politiques, précise le Premier ministre. Mais voilà une réforme qui a toujours été annoncée, proclamée, et qui n'a jamais été faite. Nous la ferons."

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.