Manuel Valls, martial au 20h de TF1 samedi soir
Manuel Valls, martial au 20h de TF1 samedi soir © capture d'écran

Le Premier ministre Manuel Valls a mis en garde les Français samedi soir sur TF1 : la France est "en guerre"

Ce que je veux dire aux Français, c'est que nous sommes en guerre (...) oui, nous sommes en guerre et nous agirons et nous frapperons cet ennemi djihadiste pour le détruire en France, en Europe et en Syrie et en Irak. Nous répondrons au même niveau que cette attaque avec une très grande détermination et avec une volonté de détruire et nous gagnerons cette guerre contre le groupe Etat islamique.

Faisant écho à François Hollande, qui a parlé d'une France "en guerre", Manuel Valls a précisé que le gouvernement demanderait au Parlement la permission de poursuivre les frappes contre l'Etat islamique en Syrie.

Le Premier ministre a rappelé que le "risque zéro" n'existait pas tout en promettant une réplique "au même niveau", en France comme à l'étranger, rappelant que la France avait déjoué cinq attentats ces dernières semaines.

Nous devons expulser tous ces imams radicalisés

Le Premier ministre a également affirmé qu'il fallait "expulser tous ces imams radicalisés" et "déchoir de la nationalité ceux qui bafouent ce qu'est l'âme française".

Il n'y aura pas un moment de répit pour ceux qui s'attaquent aux valeurs de la République. Donc cette action, nous allons la poursuivre encore une fois avec les moyens de l'Etat, de l'état de droit.

Laurent Wauquiez, secrétaire général des Républicains, a proposé deplacer dans des centres d'internement anti-terroristes les personnes fichées pour terrorisme . Interrogé sur cette hypothèses, Manuel Valls n'a pas répondu directement mais s'est dit "ouvert à toutes les propositions qui sont réalistes, conformes au droit, à nos valeurs et surtout qui soient efficaces".

Le Premier ministre a affirmé qu'"il y a plus de 10.000 personnes qui sont sous cette fiche 'S'" pour radicalisation. La nouvelle loi sur le renseignement devrait permettre de suivre les éléments "les plus problématiques" selon manuel valls. Le Premier ministre Manuel Valls a d'ailleurs défendu l'action des services français de renseignement assurant qu’ils n’avaient pas failli.

►►► LIRE Qui sont les terroristes des attentats de Paris

L'Etat d'urgence pourrait être prolongé

Manuel Valls a évoqué la possibilité d'un "prolongement" de l'état d'urgence au-delà des 12 jours prévus afin de La prolongation de l'état d'urgence au-delà de douze jours ne peut être autorisée que par une loi, votée par le Parlement, qui en fixe sa durée définitive.

La COP 21 et les élections régionales se tiendront comme prévu

Le Premier ministre a prévenu que "d'autres répliques" pourraient survenir mais a confirmé la nécessité de poursuivre l'organisation du grand rendez vous sur le climat, prévu dans quelques jours au Bourget où une centaine de chefs d'Etat et 195 délégations sont attendus du 30 novembre au 11 décembre.

Quant aux élections régionales des 6 et 13 décembre, elles se tiendront "bien sûr", a-t-il aussi précisé. Annuler ce scrutin, "ça serait donner raison aux terroristes."

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.