Manuel Valls à la tribune de la Rochelle
Manuel Valls à la tribune de la Rochelle © copie d'écran

Beaucoup d'applaudissements mais aussi quelques sifflets ont accueilli le discours de manuel Valls à l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle, au terme d'un été durant lequel il a occupé le devant de la scène médiatique

De tous les ministres ayant fait le voyage aux journées d’été du PS à la Rochelle, celui de l'Intérieur a été le plus observé et le plus entouré de journalistes.

Sa rivalité avec sa collègue de la Justice, Christiane Taubira, sa fermeté sur les questions de sécurité et es propos sur l’Islam ou la politique du regroupement familial ont fâché une partie de la gauche, notamment écologiste.

Manuel Valls, que le Front de gauche accuse d'être "contaminé" par les idées du Front national, a participé ce matin à un atelier intitulé "Faire gagner la démocratie contre l'extrême droite" l'une des conférences phares de ce rendez-vous, une "plénière" consacrée au combat qu'entend mener le PS, à l'aube d'une année riche en rendez-vous électoraux.

Très applaudi l'année dernière après un discours de fermeté sur l'"ordre républicain", Manuel Valls a été cette année beaucoup plus fraîchement accueilli à la tribune, voir sifflé alors que certains l'applaudissaient debout.

Le ministre de l’Intérieur s'est senti obligé, à plusieurs reprises, de rappeler fortement son appartenance au PS et à la gauche.

La justice et l'Intérieur sont l'autorité et l'autorité a trop d'importance pour être sacrifiée sur l'autel des égo

Manuel Valls a fait, à la tribune, assaut de politesses envers sa collègue, "son amie" Christiane Taubira. "Nous voulons la même chose : réformer la loi pénale, mener une politique de sécurité qui soit juste et efficace", a-t-il aussi assuré. "Nous la portons ensemble".

Manuel Valls

A la tribune, Manuel Valls a réaffirmé que l'islam était compatible avec la démocratie mais que la France ne devait pas céder sur ses valeurs, la laïcité notamment.

Cyril Graziani est à La Rochelle

Je suis profondement convaincu que l'immigration est une chance pour notre nation

Le ministre de l'Intérieur a rappelé qu'il avait notament supprimé la circulaire de Claude Guéant sur les étudiants étrangers et a annoncé qu'il allait présenter de "nouvelles orientations" en matière de naturalisation lors du prochain Conseil des ministres.

Défendant vigoureusement son bilan place Beauvau depuis l'année dernière, Manuel valls a demandés à ses camarades de ne pas entendre "les voix qui critiquent! Le ministre de l'Intérieur il est de gauche, il est socialiste, il est fier de l'être et de mener cette politique".

Manuel Valls

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.