Cet étudiant, violemment tabassé en novembre 2016 à Lyon, après s'être interposé contre des individus qui reprochaient à un couple de s'embrasser dans la rue, a été nommé chevalier pour "services exceptionnels nettement caractérisés".

Marin Sauvageon, avant son agression dans les rues de Lyon
Marin Sauvageon, avant son agression dans les rues de Lyon © Photo de profil Facebook

Marin Sauvageon a reçu trois violents coups de béquille sur le crâne ce 11 novembre 2016 près de la gare de Lyon Part-Dieu. 

Ce brillant étudiant en troisième année de droit et sciences politiques à Lyon, aîné d’une fratrie de quatre enfants, avait pris la défense d'un couple qui s'embrassait, insulté par un groupe de jeunes dans la rue.

Il avait dit : "Mais enfin, on a bien le droit de s'embrasser" . Une altercation avait suivi, et Marin était monté avec sa petite amie dans un bus. C'est dans le bus que son agresseur lui avait alors asséné les violents coups de béquille. 

Atteint d'un grave traumatisme crânien, le jeune homme s'est retrouvé onze jours dans le coma. Il a fallu lui ôter une partie de la boite crânienne afin d'empêcher un hématome de progresser. Son pronostic vital était engagé. 

Aujourd'hui, Marin Sauvageon est toujours en convalescence. Il a vécu dans un centre de rééducation en Suisse. Deux ans après les faits, le jeune homme n'a toujours pas recouvré l'entier usage de ses membres et de la parole. Ses séquelles physiques et psychologiques sont importantes. Mais il a fait des progrès considérables.

Déferlement de soutiens

L'agression de Marin a ému la France entière. Sa famille a créé l'association La tête haute je soutiens Marin afin de récolter des dons pour pouvoir financer les longs et très coûteux traitements du jeune homme.
Des dizaines de milliers d'internautes se sont mobilisés pour le soutenir.

Aujourd'hui, la famille de Marin a lancé un coffret Le cap la tête haute afin d'aider les familles d'autres patients victimes de lésions cérébrales. Ce coffret est distribué gratuitement par certains hôpitaux. 

Marin a rencontré le pape François en avril dernier :

Marin a rencontré le Pape François le 11 avril 2018 au Vatican
Marin a rencontré le Pape François le 11 avril 2018 au Vatican / Capture d'écran-Association Je soutiens Marin

"Une rencontre incroyable avec un homme exceptionnel, j’ai une pensée pour vous tous en ce jour si particulier pour moi. Je repars plein de force, de courage et d’espoir" peut-on lire sur sa page Facebook.

Marin étant un fervent supporter de l'AS Saint-Etienne, le stade Geoffroy-Guichard lui avait rendu hommage en 2017, lors d'un match face à l'OGC Nice. Plus de 30 000 personnes avaient alors salué ce supporter qui  vient au stade depuis son enfance. 

Une chanson, "Marin", a été composée en soutien au jeune homme par l'auteur Walery Doumen. 

Marin a été décoré en novembre 2017 de la médaille d'honneur de la ville de Lyon par Gérard Collomb, alors ministre et ancien maire de la ville. À cette occasion, Gérard Collomb avait déclaré : 

Il ne s'agit que d'une première étape

Le ministre a en effet saisi le Président de la République et la Grande Chancellerie pour que soit étudiée la possibilité de remettre à Marin la Légion d’Honneur. 

Sa famille avait également émis le souhait d'une telle récompense, et avait lancé une pétition en ce sens. C'est donc chose faite en ce 1 er janvier 2018. 

Interviewée ce 1er janvier 2018 par Mathilde Montagnon de France Bleu, sa mère Audrey Sauvageon réagit : "Je n'avais pas eu de nouvelles et c'est en ça que c'est une surprise. Je ne m'y attendais pas du tout. L'année commence très, très bien de manière très surprenante, mais comme tout ce que l'on vit depuis un petit peu plus de deux ans. C'est un très, très beau geste de la République pour Marin. Cela nous touche beaucoup."

Sept ans de prison pour l'agresseur

Un jeune de 17 ans, Y., a été identifié comme étant l'auteur du tabassage de Marin et des coups de béquilles. Il a été jugé à huis clos par la Cour d'Assises des mineurs de Lyon en mai 2018 et condamné à sept années de réclusion pour "violences avec usage ou menace d'une arme suivie de mutilation ou infirmité permanente". Il encourait une peine de 15 ans de réclusion. 

Marin, à l'arrivée au procès de son agresseur le 3 mai 2018
Marin, à l'arrivée au procès de son agresseur le 3 mai 2018 © AFP / Jeff Pachoud

Marin était présent à une partie du procès. Il boitait, avait un bras replié sur la poitrine, des cicatrices visibles sur le crâne. A sa sortie, sa mère a déclaré que Marin avait dit à son agresseur "tout le mal qu'il lui avait fait et qu'il essayerait de lui pardonner".
Marin avait également demandé à son agresseur "de changer sa manière de vivre, de changer en prison".  

L'agresseur, lui, a montré "beaucoup de désinvolture durant le procès sauf au moment où Marin s'est adressé à lui".
Il y a eu comme un "aveu", quelque chose qui sonnait comme: "j'ai détruit ta vie". "Un moment de justice", selon l'avocate de l'accusé Me Doyez. 

"Marin ne sera plus jamais le même"

Sa mère Audrey Sauvageon déclare elle-même que Marin ne sera plus le Marin d'avant. 

Marin lui même a écrit sur sa page Facebook : 

J'ai abandonné tout espoir de redevenir le Marin d'avant, celui qui pouvait jouer au foot, danser avec ses amis et son amoureuse en soirée.

► CONSULTER | La liste de la promotion de la légion d'honneur 2019

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.