La candidate du Front national s'est adressée vendredi à l'électorat de Jean-Luc Mélenchon, espérant le convaincre de son programme plutôt que de celui d'Emmanuel Macron.

Marine Le Pen a mis en avant sur Twitter les ressemblances entre son projet et celui de la France insoumise
Marine Le Pen a mis en avant sur Twitter les ressemblances entre son projet et celui de la France insoumise © AFP / YANN COATSALIOU

Pendant que Jean-Luc Mélenchon, qui s'est exprimé, refuse de donner publiquement de consigne de vote, mais indique qu'il ira bien voter, et pas pour la candidate du FN, Marine Le Pen prend les devants. La candidate du Front national a publié vendredi une vidéo d'un peu moins de quatre minutes, sur son compte Twitter, pour appeler les Insoumis à "faire barrage à Emmanuel Macron" lors du second tour de l'élection présidentielle.

Cette vidéo, qu'elle adresse plus particulièrement aux 7 millions d'électeurs de la France insoumise, débute en faisant allusion aux positions politiques qui l'opposent à Jean-Luc Mélenchon. Elle a appelé à mettre "les querelles et les divergences de côté", divergence qu'elle a balayées d'un sourire : "Qu'on ne s'y méprenne pas, le candidat des 'Insoumis' et moi-même avons des relations politiques pour le moins sportives et des désaccords sur des sujets de fond."

Marine Le Pen salue la campagne "respectable" de Jean-Luc Mélenchon

Pour parler aux partisans de la France insoumise, la candidate frontiste oppose "le projet" d'Emmanuel Macron, "aux antipodes" de celui défendu par Jean-Luc Mélenchon. "Il ne représente pas le changement, il est la continuité voire l'aggravation du quinquennat de François Hollande", attaque-t-elle, tout en qualifiant son adversaire pour le deuxième tour de "banquier", "partisan du libre échange généralisé".

"Jean-Luc Mélenchon a mené une campagne de premier tour respectable" et, par rapport à 2012, "celle de 2017 a été plus apaisée et plus positive", déclare encore la candidate FN. Ainsi, à ses yeux, "il ne s'agissait plus de s'en prendre, comme à l'époque, aux patriotes, mais de s'adresser à la Nation et de viser son unité". Marine Le Pen a aussi salué le "fait que les drapeaux rouges aient été remplacés par des drapeaux bleu blanc rouge et que des belles Marseillaises aient été entonnées par des partisans de La France insoumise".

"Pas une voix pour le FN"

Jean-Luc Mélenchon, qui s'est projetté sur les législatives, a toutefois, dans une vidéo publiée sur sa chaîne Youtube, attaqué Marine Le Pen qui "essaye parfois de faire du Mélenchon". Face à l'abstention montante pour ce second tour, Jean-Luc Mélenchon a affirmé qu'il se déplacera dans les urnes. Mais le candidat de la France insoumise refuse de donner une consigne claire : "Moi, j'irai voter. Ce que je vais voter, je ne vais pas le dire, mais il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour pour devenir ce que je vais faire [...] Je ne voterai pas Front national, tout le monde le sait."

► LIRE AUSSI | Jean-Luc Mélenchon : "Je ne voterai pas Front national, tout le monde le sait"

Peu avant l'allocution de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière a dénoncé, lui aussi sur Twitter, une "vidéo méprisable" de la part de la candidate frontiste. Appellant à ne pas donner la moindre voix au FN, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon a qualifié son appel de "petite manœuvres électorales", de "parler fourbe".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.