En septembre dernier, le RN se disait au bord de la faillite. Depuis, la justice a rendu une partie de la subvention publique du parti. Marine Le Pen ne parle plus de ses problèmes financiers. Mais qu'en est-il vraiment ? Il demeure, en fait, deux grosses contrariétés.

Marine Le Pen n'a pas encore résolu les problèmes de financement de son parti
Marine Le Pen n'a pas encore résolu les problèmes de financement de son parti © AFP / Christophe ARCHAMBAULT

Le premier problème, c’est le financement de cette campagne des européennes : 4 millions d’euros à trouver. Aucune banque française ne veut prêter. Le RN a saisi le médiateur du crédit, pour l'instant, sans résultat. 

Alors, Marine Le Pen pense, à nouveau, se tourner vers le micro-parti de son père, Cotelec, qui lui avait prêté 6 millions à la présidentielle. Problème, vendredi dernier sur son blog, Jean-Marie Le Pen a dit "non" et s'en est expliqué : 

Malheureusement, nous avons un débiteur qui pour l'instant n'est pas en mesure de nous payer, par conséquent, nous ne pouvons pas prêter

Le débiteur qui pose problème, c’est en réalité le Rassemblement National qui doit encore de l’argent à Cotelec. Le trésorier du RN, Wallerand de St Just, et le trésorier de la campagne, Jean-Michel Dubois, cherchent donc d’autres pistes en Europe. "Ça avance, on finira par y arriver" se rassure un élu. 

Aucun plan de désendettement

Le second problème, c’est la dette du parti : entre 12 et 13 millions d’euros. C’est moins que Les Républicains, "mais quasiment rien n’est fait pour la résorber" se désole un cadre du parti. 

En septembre prochain, le RN va devoir rembourser le prêt tchéquo-russe de 9,4 millions contractés il y a 5 ans. "Mais pour se faire, il faudra emprunter ailleurs" admet un proche de Marine Le Pen. "Car la masse salariale est bien trop importante". Elle représente aujourd'hui la moitié de la subvention publique annuelle. 

Marine Le Pen ne veut pas entendre parler de plan social, plutôt de départs à la retraite non remplacés. "Il va falloir être patient, conclut un élu, mais ça ne va pas nous empêcher de gagner".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.