À un mois du scrutin, le Rassemblement national a publié la liste complète de ses candidats aux Européennes. 79 noms. Les 12 premiers avaient été révélés mi-janvier, il était alors question de ralliements et de renouvellements. Mais le reste de la liste n'accueille quasiment que des proches de Marine Le Pen.

La liste de Marine Le Pen, pour les européennes, fait la part belle à ses proches
La liste de Marine Le Pen, pour les européennes, fait la part belle à ses proches © AFP / Clément MAHOUDEAU

Une syndicaliste agricole venue de Guadeloupe, trois anciens UMP, dont l'ex-ministre Thierry Mariani et un économiste écolo, Hervé Juvin. Voilà, le bilan du Rassemblement. L'ouverture s'arrête là. Marine Le Pen a ensuite choisi de placer en position éligible ses proches, à commencer par son beau-frère et directeur de cabinet, Philippe Olivier (n°17). 

La patronne du RN fait aussi confiance à son assistante de toujours, Catherine Griset (n°10), à son vieil ami, salarié du parti, Jean-Lin Lacapelle (n°23), ou encore à son voisin de l’Assemblée, l'avocat Gilbert Collard (n°15).

Marine Le Pen fait aussi le bonheur des ajointes aux maires d’Hénin-Beaumont et Fréjus. Des communes tenues par ses fidèles lieutenants, Steeve Briois et David Rachline. "Aurélia Beigneux et Julien Lechanteux n'ont aucune aucune envergure politique" grince un conseiller régional RN. "Mais, comme toujours, Marine fait plaisir a ses copains !"

Et elle fait même plaisir à son père, puisqu’en 18e position figure Annika Bruna, actuelle assistante parlementaire de Jean-Marie Le Pen. 

Les autres places éligibles sont occupées par les députés sortants les plus fidèles. "Elle reste dans cette culture groupusculaire" se désole un ancien du Front, qui espérait voir "un vrai Rassemblement national"

Si on zoome sur quelques-uns des candidats...

Catherine Griset, numéro 10

Marine Le Pen l'a embauchée comme assistante "quand elle avait 25 ans". Toutes deux sont depuis devenues inséparables. Elle est aujourd'hui la cheffe de cabinet de la présidente du RN. Elle s'occupe de tous ses déplacements, de toutes ses réservations d'hôtels, de trains depuis des années. Elle a été mise en examen, en 2017, dans le cadre de l'affaire des emplois présumés fictifs au Parlement européen. En la plaçant aussi haut sur sa liste, Marine Le Pen prouve qu'elle se moque complètement de cette procédure judiciaire.

Philippe Olivier, numéro 17

Avant d'être le directeur de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Olivier est d'abord son beau-frère, le mari de sa sœur, Marie-Caroline. Ils entretiennent donc ensemble une relation familiale et professionnelle. Elle lui confie la rédaction de très nombreux discours, et élabore avec lui la stratégie du parti. C'est son plus proche conseiller. En ce moment, il est aussi assistant parlementaire de députés RN à l'Assemblée.

Annika Bruna, numéro 18

Marine Le Pen la connaît, aussi, depuis des années. Fervente militante, Annika Bruna est une des assistantes parlementaires de Jean-Marie Le Pen. Elle travaille, le plus souvent, dans ses bureaux de Montretout. "C'est un signe d'apaisement entre le père et la fille" analyse un ami du fondateur du FN. "Un cadeau qui permettra à Jean-Marie Le Pen de garder un pied à Bruxelles". Annika Bruna n'a encore jamais pris la parole en public.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.