Marine Le Pen
Marine Le Pen © MaxPPP/Wostok Press/Nicolas Liponne

Dénonçant une "mascarade", Marine Le Pen a annoncé qu'elel ne participera pas à "Des paroles et des actes". Une émission dont les modalités n'ont pas cessé de soulever la polémique et d'évoluer, jusqu'au refus de ce soir de la principale invitée.

Marine le Pen s'est insurgée contre l'invitation à la dernière minute de Xavier Bertrand et Pierre de Saintignon, deux de ses rivaux aux élections régionales de décembre pour des motifs d'équité de temps de parole en période de campagne. La chaîne, avait maintenu ses invitations, validées par le CSA, comme elle l'écrivait dans un communiqué :

Hier soir, la Direction de l’Information a fait le choix d’intégrer, au sein des séquences de l’émission, un débat sur le scrutin régional en Nord-Pas-de-Calais-Picardie [...] Depuis hier soir, France 2 n’a pas varié sa proposition faite, en dépit des différentes demandes et réactions. Nous maintenons ce format d’émission. Cette décision est en accord avec la recommandation du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, émise hier en fin d’après-midi. Elle s’inscrit dans un souci de réactivité et d’apaisement suite aux interrogations suscitées par l’émission.

Après cette proposition de France Deux - d'ailleurs contestée par les autres candidats aux régionales Sandrine Rousseau, la tête de liste régionale EELV-Parti de gauche et Jean-Philippe Tanguy, pour Débout la France qui souhaitaient également faire partie du plateau - Marine Le Pen a dénoncé "les méthodes" de la chaîne dans un communiqué et posé de nouvelles conditions :

Désormais, je suis tenue d'accepter à la dernière minute plus de trois heures d'émission, six débats, plus les interviews des différents journalistes, simplement pour satisfaire aux exigences d'une action coordonnée de l'UMPS. Dans ces conditions, je ne peux accepter l'invitation qui m'a été faite qu'à la condition que le débat envisagé avec messieurs Saintignon et Bertrand remplace les débats initialement prévus avec Stéphane Le Foll et Jean-Christophe Lagarde.

France Deux a alors tenté de clore le débat . "La proposition est sur la table, il n'y en aura pas d'autre", a déclaré le présentateur de l'émission, David Pujadas. Mais c'est la Présidente du FN qui a eu le dernier mot en annonçant peu avant, 18h, dans un nouveau communiqué, qu'elle ne se rendrait pas à cette "mascarade".

Je ne me rendrai pas ce soir à cette mascarade qu’est devenue depuis quelques heures l’émission de M. Pujadas « Des paroles et des actes ». […] L’amateurisme et la servilité de M. Pujadas ont transformé aujourd’hui l’organisation de cette émission en véritable pantalonnade. Y participer dans ces conditions serait indigne du respect dû aux Français, décidément mal traités par leur service public de télévision qu’ils financent pourtant par leurs impôts. […] Se faire respecter est le début de la reconquête démocratique par le peuple français.

Les explications d'Estelle Schmitt

Déception de France Deux qu'exprime le rédacteur en chef de DPDA, Gilles Bornstein , interrogé par Alain Passerel

Nous n'acceptons pas que Marine Le Pen choisisse ses invités

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.