Un mois après la toute première manifestation des "gilets jaunes", la présidente du Rassemblement national est la seule à voir sa courbe de popularité grimper dans notre baromètre Odoxa mensuel. Sa côté d'impopularité monte elle aussi légèrement, quand celle de Christophe Castaner s'envole.

Marine Le Pen à Matignon le 4 décembre 2018, gilet jaune sur le pare-brise
Marine Le Pen à Matignon le 4 décembre 2018, gilet jaune sur le pare-brise © Maxppp / Vincent Isore

Si Nicolas Hulot reste la personnalité politique la plus appréciée des personnes interrogées (avec 42 % d'opinions positives), et Alain Juppé son dauphin, Marine Le Pen fait une entrée fracassante dans le trio de tête. Elle passe devant Nicolas Sarkozy, Jean-Yves Le Drian et Ségolène Royal, avec 29 % d'opinions bienveillantes. Autrement dit, près d'un tiers des Français consultés par l'institut Odoxa ont une bonne image de la présidente du Rassemblement national. Un sur six disent même la soutenir.

Une embellie qui doit sans doute beaucoup à son positionnement par rapport au mouvement des gilets jaunes, entre discret soutien et distance savamment entretenue (pour ne pas être accusée de récupération). À l'inverse, ceux qui se sont affichés plus directement (et visiblement) aux côtés des gilets jaunes n'en récoltent pas les fruits dans l'opinion publique : Jean-Luc Mélenchon ne gagne que 2 points par rapport au mois précédent, Nicolas Dupont-Aignan en perd 1.

Toutefois, comme souvent en cette période de crise entre les Français et leurs représentants, la proportion d'opinions positives est largement contrebalancée par les opinions négatives. Marine Le Pen a beau gagner en popularité, elle reste massivement impopulaire : 55 % des personnes interrogées disent rejeter la présidente du Rassemblement national, un point de plus que le mois précédent. Dans ce classement inversé, elle est suivie par Marion Maréchal-Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan et Laurent Wauquiez.

Elle est toutefois dépassée, en termes d'impopularité, par le président de la République lui-même : 73 % des personnes interrogées estime qu'Emmanuel Macron est un mauvais président, 27 % qu'il fait du bon travail. Il perd 5 points de popularité en un mois... Et perd 3 points même chez les sympathisants de La République en Marche.

Quant au nouveau ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, il paye lourdement ses nouvelles fonctions en pleine période de crise : 42 % des personnes interrogées disent aujourd'hui le rejeter. C'est neuf points de plus qu'au mois de novembre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.