[scald=74003:sdl_editor_representation]LILLE (Reuters) - Marine Le Pen a estimé mercredi que le candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2012, François Hollande, ne pouvait pas échapper à une explication devant les Français sur les soupçons de corruption pesant sur la fédération socialiste du Pas-de-Calais.

La présidente du Front national a également exigé une opération "mains propres" dans la région où elle se présentera aux prochaines législatives en 2012.

Candidate à la présidentielle, Marine Le Pen a dénoncé "la corruption généralisée" qui touche selon elle la région Nord-Pas-de-Calais.

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a annoncé le 8 décembre la création d'une commission d'enquête interne sur le fonctionnement de la fédération du Pas-de-Calais après des soupçons de corruption visant plusieurs élus.

Elle venait d'être saisie du dossier par le député PS Arnaud Montebourg.

Marine Le Pen a souligné depuis que le FN dénonçait depuis 2003 "le système de la mafia socialiste du bassin minier du Pas-de-Calais."

"La réalité, c'est que c'est un système ancien dans cette région", a-t-elle insisté mercredi.

"Hier terre de labeur et de travail, le Nord-Pas-de-Calais est devenu terre de corruption, de scandales, de système mafieux", a-t-elle ajouté en réclamant pour la région "un grand bol d'air".

Sommé par la droite de s'expliquer, François Hollande a affirmé lundi ne pas avoir eu connaissance de dysfonctionnements au sein de la fédération.

Mais Marine Le Pen a estimé que l'ex-premier secrétaire du PS ne pouvait pas ignorer "qu'il y avait des faits de corruption très graves qui touchaient Hénin-Beaumont", en particulier l'ancien maire PS Gérard Dalongeville.

"François Hollande a soutenu Gérard Dalongeville alors qu'il dirigeait le PS. Il doit rendre des comptes, il doit s'expliquer devant les Français", a-t-elle dit.

Gérard Dalongeville, ancien maire socialiste d'Hénin-Beaumont, a été mis en examen dans une affaire de fausses factures. Il a accusé dans des courriers à un juge d'autres élus, dont le député maire de Liévin, Jean-Pierre Kucheida, d'avoir entretenu un système de corruption dans le département.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Lille.

Le PS a décidé de geler l'investiture de Jean-Pierre Kucheida dans l'attente des conclusions d'une enquête interne.

Pierre Savary, édité par Gérard Bon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.