Le défile de l'action Française le 1er mai 2015
Le défile de l'action Française le 1er mai 2015 © Michel Euler/AP/SIPA

La députée frontiste du Vaucluse va participer ce samedi après-midi, aux côtés notamment du maire de Béziers Robert Ménard, à « Je suis royaliste, pourquoi pas vous ?», un colloque organisé par Action Française, un mouvement royaliste, nationaliste et antirépublicain né au moment de l'affaire Dreyfus. Action Française a notamment soutenu le régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale.

La benjamine de l'Assemblée avait déclaré en avril dernier :

Je suis d'une génération un peu saoulée par les valeurs de la République.

Ça tombe bien, Action Française est un mouvement antirépublicain, nationaliste et aussi royaliste. Mais ce n'est pas le retour de la monarchie que Marion Maréchal Le Pen va venir défendre ce samedi. Celle qui avait aussi dit l'année dernière que la République ne primait pas sur la France, vient participer à un débat d'idées.

Le spécialiste de l'extrême-droite explique ce qu'est l'Action Française qui fait partie du paysage depuis très très longtemps.

Marion Maréchal Le Pen en partage quelques-unes avec l'Action Française, selon le politologue. Une convergence d’idées sur les questions sociétales, sur la prise en compte du fait chrétien dans l’identité nationale de la France. Et cette reconnaissance du fait que depuis que le FN existe, il y a toujours eu en son sein un certain nombre d’élus ou de candidats issus de la mouvance d’Action Française, voir qui y faisant toujours des apparitions lors de colloques.

Faire de nouveau entendre sa différence, une semaine après avoir été plutôt discrète et effacée lors du 1er mai

Même si Action Française n'est pas un groupe aussi radical que ceux qui s'étaient affichés auprès de Jean-Marie Le Pen le 1er mai dernier, la présence de Marion Maréchal Le Pen à ce colloque n'est pas forcément très bien vue au FN et elle sera surveillée du coin de l'œil. Après avoir privilégié la discipline dimanche dernier, en restant à distance de son grand père - il y avait trop de risque politique- elle va cette fois pouvoir faire entendre sa petite musique...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.