Les domiciles de deux candidates Les Républicains ont été perquisitionnés lundi. Les enquêteurs recherchent des preuves sur de possibles fraudes aux procurations.

Martine Vassal, tête de liste de la droite à Marseille, a assuré lundi qu'elle n'était "pas une fraudeuse".
Martine Vassal, tête de liste de la droite à Marseille, a assuré lundi qu'elle n'était "pas une fraudeuse". © AFP / Théo Giacometti

Petit séisme politico-judiciaire chez Les Républicains à Marseille. À deux semaines du second tour des municipales, la justice s'est invitée dans la campagne samedi avec l'ouverture d'une enquête préliminaire sur de possibles fraudes aux procurations. Lundi, les domiciles de deux candidates LR ont été perquisitionnés, à la recherche de preuves. La tête de liste, Martine Vassal, demande de son côté l'annulation des procurations, car elle veut "gagner à la loyale". Le point sur l'affaire en cinq questions.

Qui est impliqué ?

  • Géraldine Lapalus, actrice de la série diffusée sur TF1 "Camping Paradis" et candidate sur la liste Les Républicains dans les 6e et 8e arrondissements de Marseille. Son domicile a été perquisitionné lundi.
  • Magali Devouge, adjointe et candidate à la mairie du 11e-12e arrondissement. Son domicile a également été perquisitionné lundi. D'après le quotidien La Provence, les téléphones et ordinateurs de ces deux candidates ont été saisis par la brigade financière de la police judiciaire de Marseille, qui enquête sur l'affaire.
  • Julien Ravier, maire LR du secteur et tête de liste dans le 11-12e. Sa permanence a été perquisitionnée samedi.
  • Martine Vassal, tête de liste Les Républicains à Marseille, présidente de la métropole et du département des Bouches-du-Rhône. Son local de campagne a aussi été perquisitionné samedi par les forces de l'ordre.

Que leur reproche-t-on ?

Des candidats et colistiers à Marseille sont soupçonnés d'avoir proposé à des électeurs de réaliser des procurations non conformes pour le deuxième tour des municipales. Les enquêteurs cherchent à identifier de possibles "manœuvres frauduleuses tendant à l'exercice irrégulier de votes par procuration" ainsi que des "faux et usages de faux", rapporte la procureure de Marseille.

La justice est passée à l'action samedi en ouvrant une enquête préliminaire, deux jours après les révélations de l'hebdomadaire Marianne et de France 2 sur des pratiques de recueils de procurations qui ne respectaient pas les règles légales.

Y a-t-il des preuves ? 

Les éléments recueillis par Marianne et France 2 sont éloquents : les journalistes ont pu établir, sur la base de SMS reçus par des habitants, que des électeurs se sont vu proposer des procurations "simplifiées" et "par téléphone", sans avoir à se déplacer. Une pratique interdite par la loi.

Des soupçons corroborés ce mardi par un document que s'est procuré RMC : un enregistrement audio dans lequel une colistière de Martine Vassal propose par téléphone à une électrice de remplir pour elle une procuration, sans passer par le commissariat.

Le contenu de l'appel est parlant : "Je la remplis (la procuration) et après on la donne à un militant qui va voter pour vous. Vous n’avez qu’à m'envoyer votre carte d'identité recto-verso et je m’occupe de tout", y explique la colistière. "Vous n’avez pas de démarche à faire, moi j’ai déjà tous les papiers imprimés. J’ai déjà une dizaine de photocopies qui sont là chez moi."

Et l'enquête va au-delà de ce qui a pu être divulgué dans les médias, confie à l'Agence France Presse une source policière : "L'enquête continue, on fait des vérifications de tous les côtés, sur le premier tour aussi, pas seulement sur ce qui a été montré dans les reportages."

Que répond la tête de liste Les Républicains, Martine Vassal ?

Interrogée sur BFMTV, Martine Vassal a assuré lundi qu'elle n'était "pas une fraudeuse". La candidate, arrivée deuxième à l'issue du premier tour, juste derrière la candidate de l'union de la gauche Michèle Rubirola, a proposé que le ministère de l'Intérieur annule toutes les procurations déposées pour le second tour.

"Je demande au ministre de l'Intérieur, puisqu'il semble y avoir suspicions sur les procurations, qu'il annule l'ensemble des procurations qui ont été déposées pour le deuxième tour, comme ça au moins les choses seront plus claires, parce que je veux gagner à la loyale", a-t-elle déclaré.

Les Républicains ont-ils une chance de remporter les municipales à Marseille ?

C'est plus compliqué que prévu. Longtemps considérée favorite, Martine Vassal, qui souhaite prendre le relais de l'emblématique maire LR Jean-Claude Gaudin, s'est fait devancer au premier tour par la candidate de l'union de la gauche, Michèle Rubirola : 23,44% des voix contre 22,3%. Michèle Rubirola qui peut compter sur le ralliement des écologistes pour le second tour.

Martine Vassal peut néanmoins toujours compter sur le soutien du maire sortant : "J'espère que la justice et la police démontreront très vite la validité des procurations enregistrées par la ville de Marseille. La légende noire de la vie politique à Marseille, ça suffit", a ainsi estimé Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille depuis 1995, dans un entretien à La Provence.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.