Candidat aux législatives dans une circonscription de Marseille qui lui était acquise, Jean-Luc Mélenchon est élu, tandis que la France Insoumise obtient 17 sièges à l'Assemblée.

Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon © AFP / Anne-Christine POUJOULAT

Pour ces législatives, Jean-Luc Mélenchon avait choisi la 4ème circonscription de Marseille en connaissance de cause : celle qui lui avait été le plus favorable dans les urnes alors qu'il était encore candidat à l'élection présidentielle.

► RÉSULTATS | Les résultats du second tour dans votre commune

La stratégie s'est révélée payante : après avoir "dégagé" le candidat socialiste historique Patrick Mennucci au premier tour, le leader de la France Insoumise a annoncé sa victoire, au second tour, face à la candidate de LREM Corinne Versini.

Grâce à Marseille, Jean-Luc Mélenchon se retrouve ainsi élu pour la première fois à l'Assemblée nationale , et se pose désormais comme le chef de file de la "résistance sociale" aux projets du gouvernement qu'il veut mener avec le groupe formé par La France insoumise. Son groupe obtient en effet 27 députés à l'Assemblée, dont 17 de la France Insoumise, parmi lesquels Clémentine Autain, Alexis Corbière ou Eric Coquerel (tous trois élus dans des circonscriptions de Seine-Saint-Denis). Ce dernier affirme ainsi la position de son camp :

La recomposition va continuer. France insoumise a toutes les cartes pour en être la pièce maîtresse

Une abstention en forme de message politique

Jean-Luc Mélenchon a également commenté le fort taux d'abstention enregistré au second tour de cette présidentielle (près de 57% au niveau national) : "L'abstention écrasante qui s'est exprimée aujourd'hui a une signification politique offensive. Notre peuple est entré dans une forme de grève générale civique dans cette élection", a-t-il déclaré devant ses partisans.

Je vois dans cette abstention une énergie disponible pour que nous sachions l'appeler au combat

► LIRE AUSSI | Une abstention historique

Aller plus loin

► LÉGISLATIVES | Une majorité moins large que prévue pour La République En Marche

ANALYSE | Le PS, première victime des législatives

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.